Pamphlet contre les catholiques de France, suivi de Ce qu'il faut d'amour à l'homme

Front Cover
Fayard, Sep 4, 1996 - Fiction - 210 pages
0 Reviews
Ces deux textes ont été écrits à plus de cinquante ans de distance. On lira d'abord le fameux Pamphlet contre les catholiques de France, dans lequel perce le jeune révolté avide d'absolu. C'est en 1924, sous le pseudonyme de Théophile Delaporte, que Julien Green dédia " aux six cardinaux français " ce brûlot qui enthousiasma Jacques Maritain.

En 1978, Julien Green publiait Ce qu'il faut d'amour à l'homme, autobiographie spirituelle dans laquelle il raconte " l'itinéraire de sa foi protestante à sa foi catholique ", comme il le dit lui-même.

Pourquoi rapprocher ces deux oeuvres? Parce que chacune d'elles raconte à sa façon la même histoire: la chasse spirituelle de l'homme poursuivi par Dieu.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (1996)


Américain protestant né à Paris en 1900 de parents d’ascendance anglaise, Julien Green se convertit à 15 ans au catholicisme. A 16 ans et demi, il s’engage dans les ambulances américaines sur le front de l’Argonne, puis sur le front italien de Vénétie en 1917.
Après la guerre, il finit ses études à l’université de Virginie où il écrit sa première histoire, The Apprentice Psychiatrist.
Revenu en France fin 1922, et après avoir désiré être peintre, il commence à publier en français : ses livres conquièrent d’emblée un large public et sont aussitôt traduits dans les principales langues. Parallèlement aux romans, nouvelles et essais, Julien Green tient son célèbre Journal, qui couvre plus de trois quarts de siècles.
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, mobilisé aux Etats-Unis, son pays, il est sur les ondes la voix de l’Amérique. A cette époque, il publie également un volume autobiographique, Memories of Happy Days, qui remporte un grand succès, et traduit Charles Péguy.
Romans, pièces de théâtre, études autobiographiques et historiques, volumes du Journal se succèdent après son retour à Paris en 1947.
Il meurt à Paris en 1998.

Bibliographic information