Papiers inédits trouvés chez Robespierre, Saint-Just, Payan, etc: supprimés ou omis par Courtois; précédés du rapport de ce député à la Convention nationale; avec un grand nombre de fac-similé et les signatures des principaux personnages de la révolution

Front Cover
Baudouin frères, 1828 - France - 395 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 189 - Roman -Fonrosa est un excellent sujet , mais formaliste enragé et un peu loin du point révolutionnaire où il le faudrait ; Meilleret , mon quatrième collègue , ne vaut rien , absolument rien au poste qu'il occupe ; il est quelquefois d'avis de sauver des prêtres contre-révolutionnaires ; il lui faut des preuves, comme aux tribunaux ordinaires de l'ancien régime.
Page 316 - Convaincus qu'il n'ya d'innocent dans cette infâme cité que celui qui fut opprimé ou chargé de fers par les assassins du peuple, nous sommes en défiance contre les larmes du repentir; rien ne peut désarmer notre sévérité.
Page 148 - Le Bon est revenu avant-hier soir de Paris ; le Comité de salut public lui a rendu toute la justice qu'il méritait, et ses calomniateurs ont été couverts du mépris et de l'opprobre que leur conduite infâme leur a attirés depuis longtemps.
Page 320 - Plusieurs fois vingt coupables ont subi la peine due à leurs forfaits , le même jour. Cela est encore lent p«K la justice d'un peuple entier qui doit foudroyer tous ses ennemis à la fois, et nous nous occuperons à forger la foudre.
Page 327 - ... dont chacun devait être un jugement terrible prononcé contre les coupables. Elle en a fait fusiller plusieurs. Le tribunal va plus ferme ; mais sa marche est lente : il a encore peu opéré.
Page 323 - Ce dont il faut s occuper , c'est DE LES LICENCIER, de les répandre avec précaution sur la surface de la République, en faisant pour cela les sacrifices que notre grande et généreuse nation est en état de faire. Ainsi DISSÉMINÉS et surveillés, ils suivront au moins le pas de ceux qui marcheront avant ou à côté d'eux.
Page 294 - Je viens à ce qui me concerne dans ce rapport. De mémoire d'homme, il n'ya pas d'exemple d'une aussi atroce calomnie que cette pièce. Et d'abord il n'ya personne dans la Convention qui ne sache que...
Page 116 - Des intrigants qui aiment à voir les patriotes divisés t'entourent depuis longtemps, et te donnent des préventions contre plusieurs de tes collègues, et surtout contre moi. Ce n'est pas la première fois qu'on en use ainsi. On doit se rappeler ma conduite dans un temps où j'aurais eu bien des vengeances à exercer. Je m'en rapporte à toi : eh bien, Robespierre, je n'ai changé ni de principes ni de conduite; ami constant de la justice, de la vérité, de la liberté, je n'ai pas dévié un...
Page 82 - Couthon, de développer ces idées. J'en ai déjà parlé à Robespierre, concerte-toi avec lui pour finir le décret concernant cette commune qui ne peut subsister sans danger. La population licenciée, il sera facile de la faire disparaître et de dire avec vérité : Lyon n'est plus.
Page 311 - Chalier et sa tête mutilée , telle qu'elle est sortie pour la troisième fois de dessous la hache de ses féroces meurtriers. Lorsqu'on cherchera à émouvoir votre sensibilité, découvrez cette tête sanglante aux yeux des hommes pusillanimes et qui ne voient que des individus ; rappelez-les par ce langage énergique à la sévérité du devoir et à l'impassibilité de la représentation nationale. > C'est la liberté qu'on a voulu assassiner en immolant Chalier ; ses bourreaux en ont fait l'aveu...

Bibliographic information