Paris, ou, Le livre des cent-et-un, Volume 5

Front Cover
Ladvocat, 1832 - Paris (France)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 147 - Allez dire à votre maître que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes.
Page 395 - ... entre les parties les plus éloignées et en apparence les plus distinctes, permet de décider, d'après la forme d'un os quelconque, d'un os du pied, par exemple, si l'animal auquel cet os appartenait était Carnivore ou s'il se nourrissait de végétaux. Les immenses travaux de Cuvier sur les animaux fossiles, ont été des applications continuelles des lois qu'il avait lui-même découvertes. Antiquaire d'une espèce nouvelle, pour me servir d'une de ses heureuses expressions , il eut toujours...
Page 186 - ... où cuit la nourriture commune , due le plus souvent à la charité des Havrais; d'autres, déjà embarqués, attendent sur les navires le complément de la cargaison. Parmi ces émigrés on remarque avec peine un nombre considérable d'enfans en bas âge ; beaucoup de jeunes filles surtout...
Page 351 - Nous allions bientôt revoir les feuilles, et ne plus entendre les discussions. C'était par une de ces belles mais perfides journées du printemps, où les rayons précoces d'un ardent soleil font bouillonner trop tôt notre sang, et nous livrent, tout palpitants de cette chaleur nouvelle, au refroidissement du soir; temps fécond en rhumes, catarrhes, esquinancies et transpirations rentrées.
Page 391 - Paris à l'âge de soixante-trois ans ; ses funérailles ont eu lieu le 16 mai 1832. faire qu'en arrivant dans la salle de nos séances. « Voilà , s'écria-t-il aussitôt , un bien cruel événement : il nous rapetisse tous ! » Cette exclamation résume d'une manière fidèle et naïve les sentiments douloureux que chacun de nous éprouvait; elle caractérise mieux que de longs discours le malheur que nous déplorons aujourd'hui. La Société royale de Londres, l'ancienne Académie des sciences...
Page 82 - En Allemagne, avant que cette fonction eût été érigée en titre d'office, le plus jeune de la communauté ou du corps de ville en était chargé ; en Franconie, c'était le nouveau marié...
Page 378 - L'illustre Cuvier n'est plus; la France, l'Europe, déplorent avec nous la perte immense que vient de faire le monde savant. Elle est éteinte cette sublime intelligence qui semble franchir les bornes de la nature pour lui dérober ses plus intimes secrets. Elle est glacée pour jamais cette voix éloquente qui retentit encore à notre oreille. À pareil jour, nous assistions à ses doctes leçons; au pied de cette tribune, où se pressait la foule de ses élèves et de ses admirateurs, nous l'entendions...
Page 392 - ... naturalistes ont promptement placé leur nom à côté des noms européens que je viens de rappeler. Aujourd'hui même, je l'affirme avec la certitude de n'être démenti nulle part , la seule ville de Paris compte encore dans son sein un plus grand nombre de ces hommes privilégiés dont la postérité garde le souvenir, qu'aucune contrée du monde. Je serais beaucoup plus réservé s'il fallait me prononcer sur...
Page 246 - ... qui porte son action dans une sphère immense. Geoffroy Saint-Hilaire s'adonne principalement à la recherche des analogies, des affinités cachées des êtres. Celui-là passe des objets isolés ou du particulier sur le tout; état final qui est aperçu par lui, non distinctement, mais par supposition. Pour celui-ci au contraire , le tout devient et reste toujours présent dans son sens intérieur •, d'où, son intime conviction que le particulier peut sortir du tout, au fur et à mesure des...
Page 393 - Un homme, un homme seul avait trouvé le secret de triompher des prétentions , ordinairement si exigeantes, de ceux qui parcouraient la même carrière que lui. Il avait vaincu jusqu'aux préjugés nationaux, De Dublin à Calcutta, d'Upsal au port Jackson Cuvier était unanimement proclamé le plus grand naturaliste de notre siècle. Cuvier était au milieu de nous l'image vivante, incontestable et incontestée, de la prééminence scientifique de la France : sa mort nous rapetisse tous.

Bibliographic information