Paris pendant la révolution: Affaires sociales

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 16 - République, car nous avous maintenant, disaient-ils, trois choses qui, à proprement parler, nous manquaient depuis 1789, un pouvoir exécutif, une police et une garnison 2. Au mois de Février 1867, le numéro 40 du Tribun du Peuple de Babeuf fit particulièrement sensation : « Nous avons, disait Babeuf, une double marche à « suivre pour miner l'édifice" du crime et pour jeter « les fondements de celui de la vraie justice.
Page 338 - ... faut pas, tant s'en faut, croire qu'entre les Terroristes et les mécontents il y ait eu solidarité ou identité. Les Terroristes étaient une troupe, une poignée; les mécontents formaient la majorité de la population parisienne. La police disait expressément: « II n'est pas « possible de saisir les personnes qui jurent contre le « gouvernement, parce qu'il faudrait arrêter plus de la « moitié des habitants de Paris».
Page 417 - Bourse, de vendre de l'or et de l'argent, soit monnayés, soit en barre, en lingot, ou œuvrés, ou de faire des marchés qui auraient ces matières pour objet, sur les places et dans les lieux publics autres que la Bourse. Tout contrevenant sera condamné à deux années de détention, à l'exposition en...
Page 37 - Notre ministre de la police fera, pour les lieux où il existe des eaux minérales, pendant la saison des eaux seulement, et pour la ville de Paris, des réglemens particuliers sur cette partie.
Page 335 - Les inspecteurs déclarent que dans les rues on rencontre beaucoup de personnes qui tombent de défaillance et d'inanition.... Ils ne cèlent pas que tous les fléaux réunis annoncent une fermentation sourde dont les malveillants ne manqueront pas de profiter pour égarer le peuple et le porter à des mouvements dangereui qu'il devient très-urgent de prévenir, etc.
Page 410 - Le premier terme de proportion sera fixé a l'époque où il ya eu deux milliards d'assignats en circulation, et les paiements seront élevés d'un quart au-dessus de la valeur nominale des assignats...
Page 28 - sous le nom de loto, établis dans la plupart des « maisons publiques situées sur les boulevards, sont la •< perte et la ruine d'une infinité de familles. Chaque « jour voit naître les scènes les plus affligeantes. On « voit une mère éplorée suivie de ses enfants à qui la « faim arrache des cris plaintifs, venir, au milieu de « la nuit, chercher son mari qu'on a dépouillé du fruit « de son travail, et qui n'a plus que de stériles larmes « à leur offrir. C'est là que le défenseur...
Page 216 - Octobre, cette décision toute remplie de contradictions : « la fixation du maximum ayant été portée « sur les viandes en débit à la livre, les ventes et « achats du bétail sur pied continueront de se faire de « gré à gré, comme elles ont eu lieu avant et depuis « le décret des 11 et 29 Septembre dernier...
Page 28 - C'est là que des escroes de profession lèvent chaque jour un impôt onéreux sur la classe indigente du peuple ; chaque jour voit naître les scènes les plus affligeantes. On voit une mère éplorée, suivie de ses enfants à qui la faim arrache des cris plaintifs, venir au milieu de la nuit chercher son mari qu'on a dépouillé du fruit de son travail et qui n'a plus que de stériles larmes à leur offrir. C'est là que le défenseur de la patrie, oubliant l'honorable fonction qui lui est confiée,...
Page 332 - Paris sous sa forme la plus hideuse... » — 3 mai : « la distribution se fait toujours mal.. .Une femme, à la vue de son mari exalté et de ses quatre enfants sans pain depuis deux jours, s'est traînée dans le ruisseau en se cognant la tête et s'arrachant les cheveux ; puis elle s'est relevée furieuse comme pour aller se jeter à l'eau...

Bibliographic information