Paris qui souffre. La basse geôle du Grand Châtelet et les Morgues modernes

Front Cover
Rouquette, 1888 - Morgues - 360 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre, Kst sujet à ses lois. Et la garde qui veille aux barrières du Louvre S'en défend pas nos rois.
Page 261 - Quand il se fut assis sur sa chaise dans l'ombre ° Et qu'on eut sur son front fermé le souterrain « L'œil était dans la tombe et regardait Caïn.
Page 130 - qu'à présent la facilité est grande pour ceux « qui seraient hors d'état d'élever leurs enfants? Il « n'est plus besoin de les exposer dans une allée « comme on faisait autrefois et ce qui en faisait périr. « On peut les porter directement aux Enfants-Trouvés. « On les reçoit sans s'informer de rien de la personne
Page 351 - Les corps des suppliciés « seront délivrés à leurs familles si elles les « réclament, à la charge par elles de les faire « inhumer sans aucun appareil.
Page 125 - aussi de monsieur, je vous invite à venir voir l'un « de ces jours, pour vous divertir, la dissection d'une
Page 27 - avoir été tués et assassinés en ce seul mois par les rues de Paris dont on n'a pu découvrir encore les meurtriers. Pauvre commencement d'année, nous menaçant de pire fin, par la constitution du temps si
Page 187 - pauvres ou riches, la porte est ouverte, entre qui . « veut, il ya des amateurs qui font un détour pour « ne pas manquer une de ces représentations de la « mort. Lorsque les dalles sont nues, les gens sortent
Page 44 - quelques rayons de lumière dans un souterrain « attenant à la basse-geôle. A travers les barreaux « du soupirail, où je vis avec effroi le corps d'une « jeune fille dont l'extrême blancheur se détachait « comme un jet de lumière au milieu des ombres
Page 5 - le (ils exilé rentre au sein paternel. Quand nous penchons près d'elle une oreille inquiète La voix du trépassé, que nous croyons muette, A commencé l'hymne éternel.

Bibliographic information