Penser autrement

Front Cover
Fayard, Oct 3, 2007 - Literary Criticism - 336 pages
0 Reviews
Après avoir étudié, dans ses livres précédents, les grands changements qui ont transformé notre vie personnelle et collective, Alain Touraine choisit ici de se consacrer à la nécessaire transformation de notre manière de penser ces changements. Car l’idée même de société est en crise : la mondialisation sous toutes ses formes, les désirs libérés des interdits ont entraîné l’écroulement de l’édifice social. La définition du bien et du mal dans notre société n’est plus du ressort des institutions ; la conscience de soi l’emporte sur la conscience des règles : le sujet devient créateur de lui-même.

À partir d’une critique de ce qu’il nomme le Discours interprétatif dominant, qui a cherché à imposer, tout au long du XXe siècle, l’idée d’une société sans acteurs, soumise à des déterminismes surtout économiques, Alain Touraine invite le lecteur à découvrir que le seul principe permettant d’évaluer les conduites de chacun et les situations sociales est la reconnaissance des droits, politiques, sociaux et culturels, de tous les êtres humains, reconnus comme des êtres libres et égaux. Il appelle à repenser l’individu en tant que sujet, clé de voûte d’une sociologie reconstruite. Là où certains dénoncent l’individualisme, l’auteur vante la subjectivation, qui passe par la défense des droits de chacun contre tous les modes d’intégration sociale. L’unité des conduites sociales n’est plus imposée par la société ou la culture, mais par le sujet, porteur de droits universels vécus dans des situations sociales et culturelles particulières.

La dépendance des femmes, le rejet des minorités et les difficultés des jeunes à l’école et au travail sont les trois principaux domaines de la vie sociale dans lesquels le retournement nécessaire de la pensée sociale que propose Alain Touraine trouve ses champs d’application.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2007)

Né en 1925, Alain Touraine, ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d’histoire et docteur ès lettres, est directeur d'études à l’EHESS où il a créé le Centre d’étude des mouvements sociaux, puis le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques dont il est resté membre. Alain Touraine a reçu des doctorats Honoris Causa d’une vingtaine d’universités et il est membre de nombreuses académies étrangères. Sa production intellectuelle peut-être divisée en trois périodes : la première est consacrée au travail et aux mouvements ouvriers et se termine avec ses deux thèses de doctorat : La Conscience ouvrière et Sociologie de l’action. Après mai 68, il étend son travail à tout le domaine des mouvements sociaux et élabore une méthode pour les étudier : l’intervention sociologique, qu’il applique à plusieurs cas et en particulier au mouvement « Solidarnosc » (Pologne).
Le déclin de ce qu’il avait appelé les nouveaux mouvements sociaux l’amène à chercher un fondement plus général pour la compréhension des conduites sociales et des mouvements sociaux. Il le trouve dans la notion de sujet qui avait été si violemment rejetée au cours des dernières décennies. Il donne, à partir de son livre Critique de la modernité, une importance de plus en plus centrale à ce concept. A partir de 2000, ses livres peuvent être considérés comme une exploration en profondeur de la notion de sujet.
Parallèlement, depuis 1956, Alain Touraine a consacré une partie de son temps à l’étude de l’Amérique latine. Le résultat principal de ses études est le livre La parole et le sang, en 1988, qui propose une analyse générale, politique et sociale du continent sur un demi-siècle. Il a participé à de nombreux débats politiques et publié des livres qui combinent la connaissance sociologique avec l’analyse de l’actualité politique. Alain Touraine est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment : Sociologie de l’action (Seuil, 1965) ; Le Mouvement de Mai ou le communisme utopique (Seuil, l968) ; La Société post-industrielle (Denoël, 1969) ; Production de la Société (Seuil, l973) ; Lettre à une étudiante (Seuil, 1974) ; Solidarité : analyse d'un mouvement social, Pologne 1980-1981 (Fayard, 1982) ; Le Mouvement ouvrier (Fayard, 1984) ; Le Retour de l’acteur (Fayard, 1984) ; Critique de la modernité (Fayard, 1992) ; Qu’est-ce que la démocratie ? (Fayard, 1994) ; Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents (Fayard, 1997) ; Comment sortir du libéralisme ? (Fayard, 1999) ; La Recherche de soi : Dialogue sur le sujet, avec Farhad Khosrokhavar (Fayard, 2000) ; Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’ aujourd'hui (Fayard, 2005) ; Le Monde des femmes (Fayard, 2006) ; Penser autrement (Fayard, 2007).

Bibliographic information