Petite bibliothèque des théatres, contenant un recueil des meilleures pieces du théatre françois, tragique, comique, lyrique & bouffon, depuis Porigine des spectacles en France, jusqu'à nos jours, Volume 6

Front Cover
Au Bureau de la Petite bibliotheque des théatres, 1784 - French drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page iv - ... 3. Nouveau Mercure, avril 1718, pp. 104-105. 4. Recettes : 25 avril, 886 1. — 27 avril, 902 1. — 28 avril, 523 1. — 2 mai, 617 1. — 5 mai, 375 1. — 8 mai, 318 1. — 11 mai, 574 1. — 14 mai, 1255 1. — 19 mai, 341 1. — 22 mai, 298 1. — 14 juin 1722, 721 1. (Registre B.
Page 6 - Plus ou moins, selon l'esprit qu'on a. Le public ressemble à présent à un convive qui est sur la fin d'un repas. Il ya longtemps que le repas dure. Quand il se mit à table au commencement du siècle passé, il se contentait des plus grosses viandes. On lui a servi depuis les mets les plus friands et en abondance, dont il s'est rempli avec volupté. Il en a jusqu'au nœud de la gorge. Et quand on lui en offrirait encore de pareils, ce qui n'est pas possible, je ne sais s'il en serait touché.
Page 67 - TONTINE : Oui, Mademoiselle, on a banni ces longs préludes de petits soins et de services frivoles, ces sentiments de fidèle pasteur, cette timidité rustique que l'on faisait passer pour respect, enfin toutes les formalités romanesques. Et se piquer à présent d'être galant, c'est vouloir passer pour Gaulois.
Page 3 - Pourquoi trembler? Ce que nous allons jouer n'est pas difficile. C'est une petite pièce légère, où il n'ya point de caractères trop marqués, où nous ne représentons que ce que nous sommes à peu près, des Italiennes nouvelles débarquées, où nos fautes de prononciation même nous feront honneur. On croira qu'elles sont faites exprès.
Page 8 - B 433. t. I, pp. 3-4). nouvelles ; car, voyez-vous, travailler à présent pour votre théâtre, c'est entamer le commerce du Mississipi. Ne croyez pas qu'on y envoie d'abord de riches étoffes ni force joaillerie. De la quincaille, oui. Quelque rassade, des ciseaux, des couteaux, de petits miroirs. — Quoi ! vous prétendez que nous offrions en ce pays-ci de ces gueuseries-là ? — Il faut bien le faire, quand on n'a que cela, ou fermer la boutique.
Page 7 - Foire, du pitrepitre, de la mortadelle, de la poutargue ; ou bien de ces choses légères que l'on donne au dessert, pour ne point charger l'estomac, et pour amuser seulement : des cornets, par exemple, ou de la crème fouettée ; et c'est de ce genre-ci qu'est la pièce que je vous donne...
Page 17 - ARLEQUIN,' nul. vJ' quelle tempête ! Quel ravage ! Quelle désolation ! Le tonnerre étoit si épouvantable , que le soleil s'est caché de peur , et la pluie si horrible , que la rivière de Seine en est encore toute trempée. Le ciel resscmbloit à un jeu de paume.
Page 100 - Un amant, avec ce qu'il aime, En ces lieux fait un bon repas, Si Cornus en fait un carême, L'Amour en fait un mardi gras. TONTINE...
Page 67 - TONTINE. - Des plaisirs solides et de bon sens. On a réuni ceux de l'amour et de la table ; on ya joint une conversation libre, familière, enjouée ; on dîne aux flambeaux en des réduits discrets ; on fait des promenades secrètes aux environs de Paris en des lieux pareils à celui où nous sommes. L'amour est passé des bords du Lignon et du pays de Forez" dans ceux de Bourgogne et de Champagne.

Bibliographic information