Philosophie du droit

Guillaumin et Cie, 1853 - 535
 

 - 

.

-

189 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la libert, la proprit, la sret, et la rsistance l'oppression. ART. 3. Le principe de toute souverainet rside essentiellement dans la nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorit qui n'en mane expressment.
191 - La proprit tant un droit inviolable et sacr, nul ne peut en tre priv, si ce n'est lorsque la ncessit publique, lgalement constate, l'exige videmment, et sous la condition d'une juste et pralable indemnit.
188 - Les reprsentants du peuple franais, constitus en Assemble nationale considrant que l'ignorance, l'oubli ou le mpris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements...
41 - Les lois, dans la signification la plus tendue, sont les rapports ncessaires qui drivent de la nature des choses ; et, dans ce sens, tous les tres ont leurs lois : la divinit a ses lois, le monde matriel a ses lois, les intelligences suprieures l'homme ont leurs lois, les btes ont leurs lois, l'homme a ses lois.
190 - La loi ne doit tablir que des peines strictement et videmment ncessaires, et nul ne peut tre puni qu'en vertu d'une loi tablie et promulgue antrieurement au dlit , et lgalement applique.
531 - Hanc olim veteres vitam coluere Sabini, hanc Remus et frater, sic fortis Etruria crevit scilicet et rerum facta est pulcherrima Roma, septemque una sibi muro circumdedit arces.
350 - ... pour le croire , fut le vrai fondateur de la socit civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misres et d'horreurs n'et point pargns au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le foss , et cri ses semblables : Gardez-vous d'couter cet imposteur; vous tes perdus si vous oubliez que les fruits sont tous , et que la terre n'est personne!
190 - Pour l'entretien de la force publique, et pour les dpenses d'administration, une contribution commune est indispensable: elle doit tre galement rpartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facults.
370 - Or, il n'ya point d'homme dans le monde. J'ai vu, dans ma vie, des Franais, des Italiens, des Russes, etc...; je sais mme, grce Montesquieu, qu'on peut tre Persan: mais quant l'homme, je dclare ne l'avoir rencontr de ma vie; s'il existe, c'est bien mon insu.
357 - Trouver une forme d'association qui dfende et protge de toute la force commune la personne et les biens de chaque associ, et par laquelle chacun, s'unissant tous, n'obisse pourtant qu' lui-mme, et reste aussi libre qu'auparavant!