Pierrot sceptique: pantomime

Front Cover
Librairie ancienne et moderne, Édouard Rouveyre, 1881 - Pantomime - 27 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 23 - ... corridor. Un homme est là, dans la nuit, qui désirerait entrer. SCÈNE NEUVIÈME LES PRÉCÉDENTS, UN MARBRIER C'est le marbrier qui vient apporter le projet de monument qu'il a dessiné pour la morte. Il entr'ouvre la porte et entre, le visage hilare. Avant de savoir pourquoi il est entré, Pierrot saute sur un bâton et le rosse, puis il lui tend la main et on échange une accolade fraternelle. — Cher maître, quel bon vent vous amène? Le marbrier déroule un immense rouleau de papier....
Page 11 - ... fleuris d'ulcères et damassés de dartres, causent devant l'église. Les cloches sonnent à toute volée. SCÈNE PREMIÈRE PIERROT, LE TAILLEUR Durant les deux premières scènes, on verra des gens à longs cheveux, à barbes incultes, entrer au rez-de-chaussée du coiffeur et en sortir la tête rase et les joues nues. Au lever du rideau, le chef blême de Pierrot émerge d'un sac de percaline noire qui l'enveloppe du col aux genoux. Il écoute attentivement la réclame que lui mime un tailleur...
Page 18 - ... enténèbre les encoignures des portes, emplit le renfoncement des fenêtres, creuse encore le porche de l'église; elle coule sur les pavés, monte sur les façades des maisons, aiguise l'arête de leurs toits qui tranchent en deux le disque brouillé d'une indécise lune. SCÈNE SIXIÈME LA SIDONIE (seule) Dans le silence, au milieu du calme pénétrant de la place, brusquement l'étalage du coiffeur s'allume et, sur un rideau de chevelures, la sidonie va étinceler, les épaules nues, la bouche...
Page 21 - V armoire.) Aussitôt Pierrot impose silence au placard à l'aide de ses poings, et les mains en avant, sans plus long préambule, furieusement il marche sur la sidonie. Elle étend son bras de cire ; un bruit sec retentit et Pierrot s'étale, les quatre fers en l'air. Ses manières deviennent plus douces. Le but immédiat serait de la violer, mais l'attaque est périlleuse, les biceps de la sidonie très durs. Donc il faudrait la déshabiller, le reste deviendrait facile. La sidonie témoigne qu'elle...
Page 13 - Ne serait-il pas temps d'achever ma toilette ? pense Pierrot. Oh ! comme ma femme, dans son cercueil, doit s'ennuyer!... Elle était si joyeuse à table!... si polissonne!... (Il montre le lit.) Morte!... Elle est au ciel peut-être... tant pis ! sur ce, faisons-nous coiffer. » II saisit un balai, se penche et brise un des carreaux de la devanture du coiffeur, à seule fin d'attirer son attention. (Fracas de vitres.) SCÈNE TROISIÈME PIERROT, LE COIFFEUR Celui-ci sort précipitamment de sa boutique...
Page 20 - Elle refuse encore. Il lui propose des promenades à cheval, une tournée en barque, une partie de chasse, les plaisirs de la pêche, un enlèvement en ballon, le bal public. Elle refuse toujours. (Un silence. — L'orchestre joue /'Air des Bijoux de Faust.) L'inspiration descend en Pierrot. — Que penserait la sidonie d'un souper fin ? Il se bourre de mets imaginaires, d'indigestes gibelottes, de veaux marengo mous et fades. Le visage de la sidonie s'illumine d'une joie manifeste. Au bruit que...
Page 18 - ... qui tranchent en deux le disque brouillé d'une indécise lune. SCÈNE SIXIÈME LA SIDONIE (seule) Dans le silence, au milieu du calme pénétrant de la place, brusquement l'étalage du coiffeur s'allume et, sur un rideau de chevelures, la sidonie va étinceler, les épaules nues, la bouche rosé, les seins étayés par un corsage de satin blanc. Elle étincelle. De la lumière l'encadre d'une auréole et elle apparaît, immobile, la physionomie placide, divine en son costume de mariée, pareille...
Page 14 - C'est vrai !... mais comment faire? — Coiffez, ça m'est égal. — J'ai justement sur moi de la pommade. — Oui, mais quelle pommade? (Le coiffeur la lui montre.) — De la blanche ? jamais. Pierrot sait ce que l'on doit aux morts. C'est de la pommade noire qu'il lui faut..., de la pommade de deuil ! — Il n'en existe pas, répond le coiffeur. — Qu'importé !... on en invente. Et Pierrot menace le coiffeur de le rosser comme plâtre. Alors, affolé, celui-ci s'arrache plusieurs poignées...
Page 27 - ... TREIZIÈME LES PRÉCÉDENTS, PEUPLE A ce moment, le tocsin s'ébranle, monte, tonne. Des pompiers, une foule arrive de toute part. Et tandis que les pompiers pomperont, tandis que les bourgeois feront la chaîne, que les femmes pousseront des cris de détresse, tandis que les rumeurs grandiront mêlées au lourd vacarme du tocsin, Pierrot, le sceptique Pierrot, sur la place, se rue dans la boutique de la mercière et victorieusement il en sort, tenant entre ses bras la femme de carton, Thérèse...
Page 13 - ... sort précipitamment de sa boutique ; Pierrot le renverse d'un coup de balai. Le coiffeur est un petit homme jaune comme un coing et velu comme un ours. Il croit à son métier ; aussi, à peine debout, encore très ahuri, prend-il à pleine main les poils du balai, et s'apprête-t-il à leur faire subir une coupe raisonnée. Mais Pierrot retire son balai. Il salue froidement le coiffeur. — Montez. — A vos ordres. — Avez-vous votre trousse? — Toujours. Le coiffeur file le long du cadavre...

Bibliographic information