Poésies choisies de P. de Ronsard pub. avec notes et index concernant la langue et la versification de Ronsard

Front Cover
Charpentier et cie, 1885 - 396 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 55 - Par toy je plais, et par toy je suis leu; C'est toy qui fais que Ronsard soit esleu Harpeur François, et quand on le rencontre, Qu'avec le doigt par la rue on le monstre.
Page 253 - Je n'avais pas quinze ans que les monts et les bois Et les eaux me plaisaient plus que la cour des Rois...
Page 246 - Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas; Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoutte à force Des Nymphes qui vivaient dessous la dure écorce?
Page 30 - Et, comme fleurs, périront tout soudain. Le temps s'en va, le temps s'en va, ma dame, Las ! le temps non, mais nous, nous en allons, Et tost serons estendus sous la lame: Et des amours desquelles nous parlons, Quand serons morts, n'en sera plus nouvelle: Pour ce, aymez-moy, ce pendant qu'estes belle.
Page 16 - Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle, Assise auprès du feu, dévidant et filant, Direz chantant mes vers, en vous émerveillant : Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle.
Page 265 - Comme le ciel s'il perdoit ses estoiles, La mer ses eaux, la navire ses voiles, Un bois sa fueille, un antre son effroy, Un grand Palais la pompe de son Roy, Et un anneau sa perle précieuse, Ainsi perdra la France soucieuse Ses ornemens, perdant la Royauté Qui fut sa fleur, sa couleur, sa beauté.
Page 21 - Je dormois dés le soir jusqu'au point de l'aurore. Car seul maistre de moy j'allois plein de loisir, Où le pied me portoit, conduit de mon desir, Ayant tousjours és mains pour me servir de guide Aristote ou Platon...
Page 246 - Pour piller un butin de bien peu de valeur, Combien de feux, de fers, de morts, et de détresses Mérites-tu, meschant, pour tuer nos Déesses?
Page 318 - Ce grand François qui vit encores au cercueil. Soyez comme un bon Prince amoureux de la gloire, Et faites que de vous se remplisse une histoire Du temps victorieux, vous faisant immortel Comme Charles le Grand, ou bien Charles Martel.
Page 32 - Je veux tant seulement à luy seul me monstrer; —•=•:•:: Au reste, si un dieu vouloit pour moy descendre Du ciel, ferme la porte, et ne le laisse entrer.

Bibliographic information