Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise, avec des observations sur l'orthographe, les accents ...

Front Cover
Genest ainé, 1803 - French language - 516 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 34 - Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze, Treize, quatorze, quinze, seize, dix-sept, dix-huit, dix-neuf, vingt.
Page 476 - Depuis cinq ans entiers chaque jour je la vois, Et crois toujours la voir pour la première fois.
Page 196 - On appelle verbes défectifs ceux auxquels il manque certains temps, ou certaines personnes que l'usage n'admet pas ; tel est le verbe choir, qui ne s'emploie guère qu'à l'infinitif; tels sont aussi les verbes impersonnels, usités seulement à la troisième personne du singulier : il importe, il importait, il importera, qu'il importe, etc.
Page 489 - J'adore en périssant la raison qui t'aigrit : Mais dessus quel endroit tombera ton tonnerre Qui ne soit tout couvert du sang de Jésus-Christ ? SONNET 1 ROMPEURS miroirs des cœurs, infidèles lumières, Ah!
Page 183 - Quelle aimable pudeur sur leur visage est peinte ! Prospérez, cher espoir d'une nation sainte. Puissent jusques au ciel vos soupirs innocens Monter comme l'odeur d'un agréable encens ! Que Dieu jette sur vous des regards pacifiques ! Est.
Page 489 - Ton intérêt s'oppose à ma félicité, Et ta clémence même attend que je périsse. Contente ton désir puisqu'il...
Page 271 - ... je dis tu dis il dit nous disons vous dites ils disent je disais tu disais il disait nous disions vous disiez ils disaient je dis tu dis il dit nous dîmes vous dîtes ils dirent...
Page 258 - Je m'en vais, tu t'en vas, il s'en va, nous nous en allons, vous vous en allez, ils s'en vont.
Page 171 - J'ai vu, Seigneur, j'ai vu votre malheureux fils Traîné par les chevaux que sa main a nourris.
Page 454 - Celui qui met un frein à la fureur des flots Sait aussi des méchants arrêter les complots. Soumis avec respect à sa volonté sainte, Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte Cependant je rends grâce au zèle officieux Qui sur tous mes périls vous fait ouvrir les yeux.

Bibliographic information