Pronouncing Reading Book of the French Language: Particularly Calculated to Render the Speaking of French Easy to the American Student, and Grounded on a New System of Comparative French and English Pronunciation

Front Cover
Hickling, Swan, and Brewer, 1857 - French language - 377 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 143 - II fait en ce beau jour le plus beau temps du monde, Pour aller à cheval sur la terre et sur l'onde.
Page 369 - ... de lui laisser écrire un billet à l'impératrice pour implorer sa pitié. Le magistrat, vaincu par ses supplications, cède en tremblant, à ses prières, se charge de son billet, sort, et, n'osant aller au palais, se rend précipitamment chez le comte de Bruce.
Page 234 - Un pédant, enivré de sa vaine science, Tout hérissé de grec, tout bouffi d'arrogance, Et qui de mille auteurs, retenus mot pour mot, Dans sa tête entassés, n'a souvent fait qu'un sot, Croit qu'un livre fait tout, et que sans Aristote La raison ne voit goutte et le bon sens radote.
Page 369 - Le comte sort, exécute l'ordre, revient, et trouve avec surprime Catherine riant aux éclats : "Je vois à présent," dit-elle, " la cause d'une scène aussi burlesque qu'inconcevable; j'avais depuis quelques années un joli chien que j'aimais beaucoup, et je lui avais donné le nom de Suderland parce que c'était celui d'un Anglais qui m'en avait fait présent. Ce chien vient de mourir, j'ai ordonné à...
Page 369 - Juste ciel ! quelle horreur ! En vérité, Reliew a perdu la tête. Comte, partez, courez et ordonnez à cet insensé d'aller tout de suite délivrer mon pauvre banquier de ses folles terreurs et de le mettre en liberté.
Page 323 - Ah, sire," dit le jeune homme, en se précipitant à genoux, "on veut me perdre; je ne sais ce que c'est que cet argent que je trouve dans ma poche." " Mon ami," dit Frédéric, " Dieu nous envoie souvent le bien en dormant ; envoie cela à ta mère, salue-la de ma part, et assure-la que j'aurai soin d'elle et de toi.
Page 372 - ... il vous voit dans la nuit, il vous suit à la piste, si toutefois, pour être plus sûr encore de son affaire, il ne se pose pas sur vos cheveux. Alors, vous croyez l'avoir mis en défaut, vous vous avancez en tâtonnant vers votre couchette, vous renversez un guéridon chargé de vieilles tasses de porcelaine que, le lendemain, on vous fera payer pour neuves ; vous faites un détour pour ne pas vous couper les pieds sur les tessons...
Page 371 - ... avec une serviette tendue en voile. Vous vous croyez enfin barricadé contre le froid; alors vous voulez fermer votre porte , la serrure manque ; vous poussez votre commode contre, et vous commencez à vous déshabiller. A peine avez-vous ôté votre redingote, que vous sentez un vent coulis atroce : ce sont les panneaux qui ont joué , et qui ne touchent ni du haut ni du bas ; alors vous détachez les rideaux des fenêtres, et vous en faites des rouleaux ; puis, quand tout est bien calfeutré,...
Page 280 - Je sais bien que cette profession est méprisée de nos petitsmaîtres; mais vous savez aussi que nos petits-maîtres et les vôtres sont l'espèce la plus ridicule qui rampe avec orgueil sur la surface de la terre.
Page 375 - ... corps rouge et gonflé du plus pur de votre sang ; vous éprouvez un mouvement d'effroyable joie, vous approchez la main avec précaution , et vous l'écrasez le long du mur comme Hamlet Polonius ; car il est tellement ivre, qu'il ne cherche pas même à fuir. En ce moment votre domestique entre, vous regarde avec stupéfaction , et vous demande ce que vous avez sur l'œil ; vous vous faites apporter un miroir, vous y jetez les yeux, vous ne vous...

Bibliographic information