Quand les sirènes se taisent

Front Cover
Albin Michel, Sep 19, 2012 - Fiction - 340 pages
0 Reviews
Les premiers temps, d’ordinaire, la grève comporte un certain charme, pour les hommes surtout. On ne quitte plus le cabaret. On discute interminablement, on boit le reste de ses « dimanches », on rentre saoul chaque soir. Et c’est le bon temps pour les cabaretiers. Puis, l’argent se fait rare. Le crédit se lasse. S’il fait beau, ce n’est rien encore. Les uns s’en vont pêcher. D’autres jardinent. D’autres se promènent dans les champs. Des tas de gens vautrés dans l’herbe dorment au soleil, tels des rentiers. Mais quand la mauvaise saison arrive, et avec elle la disette, on commence à déchanter. La femme, elle, depuis le premier jour, a crié misère.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2012)

Avocat de formation, Maxence Van der Meersch (1907-1951), préféra très tôt la plume à la robe. Son œuvre, empreinte d’humanisme et essentiellement tournée vers la description des gens modestes du Nord, sa région natale, repose sur trois grands axes : la documentation, le reportage et l’autobiographie. Parmi une œuvre abondante, il faut citer : La maison dans la dune (1932), Car ils ne savent pas ce qu’ils font (1933), ou encore La fille pauvre (1934). Invasion 14 manqua d’une voix le Goncourt. L’année suivante, en 1936, Maxence Van der Meersch l’obtint avec L’Empreinte de Dieu.

Bibliographic information