Répertoire du Théâtre François: ou, Recueil des tragédies et comédies restées au théâtre depuis Rotrou pour faire suite aux éditions in-octavo de Corneille, Molière, Racine, Regnard, Crébillon, et au théâtre de Voltaire; avec des notices sur chaque auteur, et l'examen de chaque pièce, Volume 15

Front Cover
M. Petitot (Claude-Bernard), Claude Bernard Petitot
P. Didot l'ainé, chez Perlet, 1804 - French drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 413 - D'une honteuse affaire et fort désagréable, Ne doit pas épouser les soins infructueux. Et vous voyez déjà cet ami vertueux , D'abord impatient jusqu'à l'étourderie Par ce premier aspect d'une friponnerie , Qui , grâces au secours de la réllexion , Vous éconduit vous-même en cette occasion.
Page 460 - J'arrive cette nuit De votre seigneurie, où sans éclat, sans bruit, En vertu d'un décret j'avois été vous prendre, Et qu'ici j'exécute, à regret, sans attendre. : L'AVOCAT.• . O grand dieu ! PHILINTE.
Page 410 - Il alloit s'attendrir, vous lui séchez le cœur. Vous clouez le bienfait aux mains du bienfaiteur. Ah ! je n'ose plus loin pousser cette peinture. Pour le bien des humains, et grâce à la nature, Aux erreurs de l'esprit la pitié survivra. L'homme sent qu'il est homme ; et , tant qu'il sentira ' Que les malheurs d'autrui peuvent un jour l'atteindre, II prendra part aux maux qu'il a raison de craindre.
Page 466 - Arrêté dans vos bras, où , noble et magnanime , 11 se rend l'instrument de votre liberté; Qui , par un jeu cruel de la fatalité , Se voit chargé des fers dont sa main vous délivre ; Que vous laissez aller tout à coup, sans le suivre; Que, depuis la douleur de ce coup imprévu, Vous n'avez ni soigné, ni consolé, ni vu... Ah! monsieur, cette idée...
Page 374 - Ainsi, de proche en proche , et de chaque cité File au loin le poison de la perversité. Dans la corruption le luxe prend racine ; Du luxe l'intérêt tire son origine ; De l'intérêt provient la dureté du cœur.
Page 97 - Rosalie. ) Vous me sacrifieriez. C'est vous , mademoiselle, Avec vos goûts brillants et vos airs de mépris, Qui me rendez pourtant la fable de Paris. Recueilli dans le port de la philosophie , Sans vous j'allois jouir, au déclin de ma vie : Dégagé de tous soins, des erreurs détrompé , En sage je vivrois de moi seul occupé ; Et vous reculez tout.
Page 264 - M'aimer d'un autre amour vous seroit difficile; Cela doit être, et je ne prétends pas . Etre exigeant, cruel... Mais, à propos , madame, Vous at-on dit la nouvelle du jour? LA COMTESSE. ..... Non, monsieur. LE COMTE. Le marquis d'Herté contre sa femme Vient d'obtenir un ordre de la cour: Elle est partie.
Page 165 - Reine superbe , elle a le front paré D'un diadème , où l'éclat d'un or pâle Ranime un fond tendrement azuré , Et dans ses mains brille un sceptre d'opale.
Page 407 - H voilà donc comment les heureux de la terre Savent se dispenser aujourd'hui de bien faire ! Tout est bien, dites-vous? Et vous n'établissez Ce système accablant , que vous embellissez Des seuls effets du crime et des couleurs du vice , Que pour vous dispenser de rendre un bon office A quelque infortuné, victime d'un pervers! Allez! pour vous punir d'un si cruel travers, Je ne...
Page 210 - On vous croiroit heureuse au milieu du chagrin. LA COMTESSE. Que voulez-vous? La plainte, en pareille infortune, Est toujours inutile... et souvent importune. Tout inconstant qu'il est, chevalier, entre nous, Je l'avouerai , j'aime encor mon époux. Mes reproches pourroient exciter sa colère. Si je suis triste auprès de lui, Il me fuira pour éviter l'ennui. Quoi! si, même en l'aimant, j'ai cessé de lui plaire, Croirai-je que l'humeur, les cris me le rendront?

Bibliographic information