Répertoire du Théâtre François: ou, Recueil des tragédies et comédies restées au théâtre depuis Rotrou pour faire suite aux éditions in-octavo de Corneille, Molière, Racine, Regnard, Crébillon, et au théâtre de Voltaire; avec des notices sur chaque auteur, et l'examen de chaque pièce, Volume 12

Front Cover
M. Petitot (Claude-Bernard), Claude Bernard Petitot
P. Didot l'ainé, chez Perlet, 1804 - French drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 409 - N'en doute pas , et même y goûter des douceurs. L'amour impunément badine au fond des cœurs. A ce que nous sentons, que fait ce que nous sommes? L'astre du jour se lève , il luit pour tous les hommes ; Et le plaisir commun que répand sa clarté Représente l'effet que produit la beauté.
Page 475 - Du faible, du clinquant, de l'obscur et du faux. De là, plus d'une image annonçant l'infamie : La critique éveillée, une loge endormie, Le reste, de fatigue et d'ennui harassé, Le souffleur étourdi, l'acteur embarrassé, Le théâtre distrait, le parterre en balance...
Page 428 - Sied-il dans ton état d'aller ainsi vêtu? Dans quelle compagnie , en quelle école es-tu? DAMIS. Dans la vôtre, mon oncle. Un peu de patience; Imitez-moi. Voyez si je romps le silence Sur mille questions qu'en vous trouvant ici Peut-être suis-je en droit d'oser vous faire aussi.
Page 425 - C'est le parfait rapport, qui, par un cas plaisant, Se trouve entre mon rôle et mon état présent : Je représente un père austère et sans faiblesse, Qui d'un fils libertin gourmande la jeunesse... Le vieillard, à mon gré, parle comme un Caton : Et je me réjouis de lui donner le ton. Franc. Celui qui fait le fils s'y prend le mieux du monde, Car nous ne jouons bien, qu'autant qu'on nous seconde.
Page 462 - ... C'est Alcippe ! oh ! c'est lui , je le gage , Nouvelliste effronté, suffisant personnage , Qui raisonne au hasard de nous et de nos vers , Et pour ou contre nous prévient tout l'univers. Cela sait ses foyers, sa ville , ses provinces, Ses intrigues de cour , son cabinet des princes ; Pèse ou règle à son gré les plus grands intérêts, Et croit ses visions d'immuables arrêts. Présent, passé, futur, tout est de sa portée : Le livre des destins s'emplit sous sa dictée ; Rien ne doit arriver...
Page 432 - Infortuné! Je touche à mon cinquième lustre Sans avoir publié rien qui me rende illustre. On m'ignore; et je rampe encore à l'âge heureux Où Corneille et Racine étaient déjà fameux!
Page 431 - Parmi nos sénateurs 3 s'offre à te faire asseoir. Ton esprit généreux, si la vertu t'est chère, Si tu prends à sa cause un intérêt sincère, Ne préférera pas, la croyant en danger, L'effort de la défendre au droit de la juger.
Page 377 - Et rien est-il pour vous de plus de conséquence? Un oncle riche et vieux , dont votre sort dépend ; Qui du bien qu'il vous veut sans cesse se repent ; Prétendant sur son goût régler votre génie; De vos diables de vers détestant la manie ; Et qui , depuis cinq ans bien comptés , Dieu merci , Pour laire votre droit, nous pensionne ici ! Attendez-vous , monsieur, à d'horribles tempêtes.
Page 375 - Ni feu ni lieu qui puisse allonger votre nom , Et ne possédant rien sous la voûte céleste, Le nom de l'enveloppe est tout ce qui vous reste. Voilà donc votre esprit devenu grand terrien. L'espace est vaste : aussi s'y promène-t il bien.
Page 407 - L'illusion nous frappe autant que l'existence, Et par le sentiment suffisamment heureux De l'amour seulement nous sommes amoureux. Ainsi le fantastique a droit sur notre hommage, Et nos feux pour objet ne veulent qu'une image.

Bibliographic information