Répertoire du Théâtre François: ou, Recueil des tragédies et comédies restées au théâtre depuis Rotrou pour faire suite aux éditions in-octavo de Corneille, Molière, Racine, Regnard, Crébillon, et au théâtre de Voltaire; avec des notices sur chaque auteur, et l'examen de chaque pièce, Volume 21

Front Cover
Claude Bernard Petitot, Petitot (M., Claude-Bernard)
P. Didot l'ainé, chez Perlet, 1804 - French drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 129 - Non , mon père , je ne m'y ennuie pas , et ce séjour auroit mille agréments pour moi , si on m'y laissoit disposer de moi-même ; mais à peine suisje arrivée , qu'on parle de me marier , et avec qui? avec un provincial. Que dis-je, un provincial ? un campagnard; et, qui pis est, un campagnard bel esprit. Quelle société pour une fille comme moi , élevée dans le grand monde , et accoutumée au commerce des gens de la cour et de Paris , les plus polis et les plus spirituels! LE RARON.
Page 441 - TJn homme du monde a des manières , par ègard , par attention pour les autres , pour leur marquer la considération qu'il a pour eux, l'envie qu'il a de leur plaire et de s'attirer leur bienveillance. Est-il dans un cercle ? Il est toujours attentif à ne rien faire , à ne rien dire que d'obligeant : il prête poliment l'oreille à l'un, répond gracieusement à l'autre ; applaudit celui-ci d'un souris , fait agréablement la guerre à celui-là ; .dit une douceur à la mère , regarde tendrement...
Page 197 - ... leur étendue, leur réalité; que nous convenions de ce que c'est que la vérité, et si la vérité se trouve effectivement. Après quoi nous traiterons des propositions universelles, des maximes, des propositions frivoles , et...
Page 92 - Eh ! vraiment non. Je le sais bien. ARISTE. Elle craint, comme vous dites, que votre passion pour elle ne soit pas sincère, et que vous ne soyez aussi inconstant que la plupart des jeunes gens, qui font profession de l'être?
Page 162 - J'avons eu dessein de faire honneur à votre gendre. Je l'y avons fait de biau-x compliments , qu'il a pris pour des injures. Est-ce notre faute , s'il a l'esprit mal tourné ? Il est fâché? eh bien ! qu'il se défâche : je m'en gobarge. LA BARONNE.
Page 159 - Parbleu ! je ne restai que vingt-quatre heures à Paris , et j'en partis sans aller à la cour. Mais le feu de la conversation m'entraîne, et me fait oublier que mon soleil n'est point ici. Ne puis-je savoir en quels lieux Il fait briller le feu des rayons de ses yeux?
Page 141 - LOLIVE. Ça signifie qu'il se moque des ordres de monsieur, et qu'il ne veut jamais les suivre qu'après que vous les avez confirmés. LA BARONNE. Mais , vraiment , cela n'est point sot ! LOLIVE. Ensuite il se met à parler de vous.
Page 178 - Mais on peut être une honnête fille et être une virtuose. ANGÉLIQUE. Et moi , je vous soutiens que cela ne se peut pas. Moi, une virtuose ! M.
Page 173 - Sur deux raisons sans réplique : mon mérite, et son bon goût. LA BARONNE. Ne vous y fiez pas. Je la crois prévenue pour quelque autre. M. DES MAZURES.
Page 147 - Et c'est en riant que vous m'annoncez cette nouvelle? Ce sera donc en vain que je vous aurai suivie secrètement depuis Paris jusqu'ici ; que nous nous y serons introduits, Lolive et moi , lui en qualité de jardinier, moi comme son valet?

Bibliographic information