Répertoire du Théâtre François: ou, Recueil des tragédies et comédies restées au théâtre depuis Rotrou pour faire suite aux éditions in-octavo de Corneille, Molière, Racine, Regnard, Crébillon, et au théâtre de Voltaire; avec des notices sur chaque auteur, et l'examen de chaque pièce, Volume 8

Front Cover
M. Petitot (Claude-Bernard), Claude Bernard Petitot
P. Didot l'ainé, chez Perlet, 1804 - French drama - 562 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 409 - ... pas, l'homme est en ce monde ainsi que l'oiseau sur la branche, la branche est attachée à l'arbre, qui s'attache à l'arbre suit de bons préceptes, les bons préceptes valent mieux que les belles paroles, les belles paroles se trouvent à la cour, à la cour...
Page 21 - Ne tient son empire Que dans le séjour des morts. Chacun vient ici-bas prendre place : Sans cesse on y passe , Jamais on n'en sort. C'est pour tous une loi nécessaire : L'effort qu'on peut faire N'est qu'un vain effort.
Page 473 - ... doublé de drap couleur d'olive, avec un chiffre entouré d'une cordelière , un cocher maigre , vêtu de brun , un petit laquais seulement pour ouvrir la portière , et des chevaux modestes, que de promener par la ville ce somptueux équipage qui fait demander qui vous êtes, ces chevaux fringants qui éclaboussent les gens de pied ; et tout cet attirail enfin , qui vous fait ordinairement mépriser des gens de qualité, envier de vos égaux , et maudire par la canaille. Vous devriez , madame...
Page 439 - Je l'ai pris sur un ton proportionné à mon équipage; mais elle, avec un taisez-vous, bourgeoise , m'a pensé faire tomber de mon haut.
Page 531 - BARONNE, arrachant les vers des mains de Lisette. — Vous êtes bien curieuse, ma mie, et je vous trouve bien impertinente de lire ainsi des papiers qu'on a perdus chez vous. Rendez-moi mes vers, je vous prie, et... LUCILE. — Comment donc, madame, qu'est-ce que cela signifie? Qui est cette folle, Lisette? LA BARONNE. — Quelle petite insolente est-ce là? LISETTE. — Par ma foi, cela est tout à fait drôle.
Page 422 - Enfin, il n'est rien de si doux, que de triompher de la résistance d'une belle personne; et j'ai sur ce sujet l'ambition des conquérants, qui volent perpétuellement de victoire en victoire, et ne peuvent se résoudre à borner leurs souhaits.
Page 501 - MIGAUD. D'accord; mais je crains que mon fils ne vienne pas si facilement à bout de Lucile. LISETTE. Oh ! pour Lucile , dès que monsieur Serrefort saura la chose , il la mettra sur le bon pied , je vous en réponds. Il n'ya seulement qu'à rompre le cours d'une intrigue naissante ; elle n'est encore guère avancée, dieu merci; et pourvu qu'on fasse diligence, il n'ya rien, ce me semble, à risquer pour monsieur votre fils.
Page 559 - LISETTE. Parce que Monsieur le chevalier est un jeune homme assez mal dans ses affaires, et que Monsieur Serrefort prévoit qu'en l'épousant, vous allez faire un mauvais marché, il veut vous empêcher de le conclure; cela est bien impertinent, Madame. MADAME PATIN. Tout ce qu'il fera, ne servira de rien. LISETTE. Bon! quand vous avez résolu quelque chose, il faut que cela passe.
Page 421 - On goûte une douceur extrême à réduire, par cent hommages, le cœur d'une jeune beauté, à voir de jour en jour les petits progrès qu'on y fait, à combattre par des transports, par des larmes et des soupirs, l'innocente pudeur d'une âme qui a peine à rendre les armes, à forcer pied à pied toutes les petites résistances qu'elle nous oppose, à vaincre les scrupules dont elle se fait un honneur et la mener doucement où nous avons envie de la faire venir.
Page 546 - Le fripon ! la baronne est sa parente comme je la suis du Grand Mogol. MADAME PATIN. Écoutons jusqu'à la fin. LE CHEVALIER. Vous ne sauriez croire jusqu'où vont les folles visions de cette vieille, et les folies qu'elle ferait dans le monde, pour peu que mes manières répondissent aux siennes.

Bibliographic information