Répertoire du Théâtre François: ou, Recueil des tragédies et comédies restées au théâtre depuis Rotrou pour faire suite aux éditions in-octavo de Corneille, Molière, Racine, Regnard, Crébillon, et au théâtre de Voltaire; avec des notices sur chaque auteur, et l'examen de chaque pièce, Volume 6

Front Cover
M. Petitot (Claude-Bernard)
P. Didot l'ainé, chez Perlet, 1803 - French drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 266 - Corrompant de vos mœurs l'aimable pureté, Ils vous feront enfin haïr la vérité, Vous peindront la vertu sous une affreuse image. Hélas! ils ont des rois égaré le plus sage.
Page 395 - La victoire appelait leurs vaisseaux et les miens. Nous touchons à Lemnos: fatigué du voyage, Le sommeil me surprend sous un antre sauvage. On saisit cet instant, on m'abandonne, on part; On part, en me laissant, par un reste d'égard, Quelques vases grossiers, quelque vile pâture, Des voiles déchirés pour sécher ma blessure, Quelques lambeaux, rebut du dernier des humains. Puisse Atride éprouver de semblables destins ! Quel réveil ! quel moment de surprise et d'alarmes...
Page 429 - Eh bien ! s'il est ainsi , souffrez que ma jeunesse , Instruite par les dieux , dicte leur volonté , Et s'arme contre vous de leur autorité. Seigneur, il est des maux dont une loi sévère Nous impose en naissant le fardeau nécessaire, Des maux dont nul mortel ne peut être exempté, Que nous fait la nature et la fatalité. Mais lorsque nos malheurs sont notre propre ouvrage. Lorsque nous repoussons la main qui nous soulage. Rebelles aux conseils et sourds à l'amitié, Nous devenons dès-lors...
Page 41 - Chaque mot, chaque instant ajoute à ton effroi ; La nature te parle et t'attendrit pour moi: Plus que moi tu ressens le péril qui me presse. Je n'ai que trop prévu ton trouble et ta tendresse; Je reconnois ma fille.
Page 274 - Ont surpris ces secrets cachés aux courtisans. Penses-tu que Warwick tout plein de sa tendresse, Se laisse impunément enlever sa maîtresse ? Se verra-t-il en butte au mépris des deux cours Sans venger à la fois sa gloire et ses amours ? Connois-tu de Warwick l'impétueuse audace?
Page 348 - Si l'on considère, dit-il, que la pièce, faite avec trois personnes, dans un désert, ne languit pas un moment; que l'intérêt se gradue et se soutient par les moyens les plus naturels , toujours tirés des caractères qui sont supérieurement dessinés; que la situation de Philoctète, qui semblerait devoir être toujours la même, est si adroitement variée, qu'après s'être montré le plus à plaindre des hommes dans l'île de Lemnos , il regarde comme le plus grand des maux d'être obligé...
Page 127 - J'y vais rester encor pour te sauver la vie; Mais une fois ici mon attente remplie, Il n'est mer, ni désert, ni climat si lointain Qui me sépare assez de ce temple inhumain.
Page 396 - ... sur les eaux ! Lorsque je me vis seul sur cette plage aride, Sans appui dans mes maux, sans compagnon , sans guide! Jetant de tout côté des regards de douleur , Je ne vis qu'un désert , hélas ! et le malheur, Tout ce qu'on m'a laissé, le désespoir, la rage!.... Le temps accrut ainsi mes maux et mon outrage. J'appris à soutenir mes misérables jours. Mon arc, entre mes mains seul et dernier recours , Servit...
Page 410 - Reçois donc un mourant qui succombe à ses maux. (il tombe évanoui sur un banc de pierre.) PYRRHUS, aux soldats grecs. Aidez-moi, chers amis , portons-le en son asyle.
Page 302 - Peut-il, de vos amis à peine secondé, Renverser un pouvoir que lui-même a fondé ? MARGUERITE. Va, pour renouveler nos sanglantes querelles, Un souffle peut encor tirer des étincelles Du feu qui vit sans cesse au sein de ces climats, Et qu'ont nourri trente ans de haine et de combats. Oui, de Lancastre ici le parti peut renaître.

Bibliographic information