Répertoire du théâtre français, Volumes 1-2

Front Cover
J. Didot ainé, 1823 - Drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 288 - Oui, mais j'ai mes raisons qui bornent mon sommeil. Je me vois, Ladislas, au déclin de ma vie. Et sachant que la mort l'aura bientôt ravie, Je dérobe au sommeil, image de la mort, Ce que je puis du temps qu'elle laisse à mon sort : Près du terme fatal prescrit par la nature, Et qui me fait du pied toucher ma sépulture, De ces derniers instans dont il presse le cours, Ce que j'ôte à mes nuits je l'ajoute à mes jours ; Sur mon couchant, enfin, ma débile paupière Me ménage avec soin ce reste...
Page 279 - J'ai fait tous les efforts que la raison peut faire ; Mais en vain mon respect tâche à me contenir, Ma raison de mes sens ne peut rien obtenir. Je suis ma passion, suivez votre colère; Pour un fils sans respect perdez l'amour d'un père , Tranchez le cours du temps à mes jours destiné , Et reprenez le sang que vous m'avez donné ; Ou si votre justice épargne encor ma...
Page 6 - Celle-ci par reconnoissance des conseils utiles que le poé'te lui avoit donnés dans la conduite de ses affaires, crut devoir assurer sa fortune en l'épousant. A cette époque, Quinault acheta une charge d'auditeur des comptes. La compagnie ayant fait quelques difficultés de le recevoir sous...
Page 305 - Mes larmes vous en sont une preuve assez ample; Mais à l'État enfin je dois ce grand exemple, A ma propre vertu ce généreux effort, Cette grande victime à votre frère mort : J'ai craint de prononcer autant que vous d'entendre L'arrêt qu'ils demandaient, et que j'ai dû leur rendre.
Page 232 - Vous n'avez rien d'un roi que le désir de l'être ; Et ce désir, dit-on, peu discret et trop prompt, En souffre avec ennui le bandeau sur mon front. Vous plaignez le travail où ce fardeau m'engage; Et n'osant m'attaquer, vous attaquez mon âge.
Page 312 - M'ont d'un nombre d'aïeux conservé l'héritage , Est l'unique moyen que j'ai pu concevoir Pour en votre faveur désarmer mon pouvoir. Je ne vous puis...
Page 118 - Du bon père Noé j'ai l'honneur de descendre, Noé, qui sur les eaux fit flotter sa maison, Quand tout le genre humain but plus que de raison. Vous voyez qu'il n'est rien de plus net que ma race, Et qu'un cristal auprès paraîtrait plein de crasse.
Page 194 - Je me disais tantôt César ; je suis Pompée : César vint, vit, vainquit; et moi je suis venu, Je n'ai rien vu, l'on m'a battu, puis mis à nu. O noir amour ! LE COMMANDEUR.
Page 9 - S'il vous a fait eu toile une adorable idole , L'original peut être une fort belle folle; . Sa bouche de corail peut enfermer dedans De petits os pourris au lieu de belles dents. Un portrait dira-t-il les défauts de sa taille ? Si son corps est armé d'une jaque de maille?
Page 142 - Si bien que sans rien craindre et sans scrupuliser, A simple concubine il faut s'humaniser , Si tu veux posséder un corps comme le nôtre.

Bibliographic information