Répertoire général du Théâtre Français: composé des tragédies, comédies et drames des auteurs du premier et du second ordre, restés au Théâtre Français; avec une table générale ...

Couverture
Mme veuve Dabo, 1823
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 26 - Qui me ravit le sceptre eût terminé ma vie ! Mais le ciel m'a laissé, pour prix de ma fureur, Des jours qu'il a tissus de tristesse et d'horreur. Loin de faire éclater ton zèle ni ta joie Pour un roi malheureux que le sort te renvoie, Ne me regarde plus que comme un furieux, Trop digne du courroux des hommes et des dieux ; Qu'a proscrit dès longtemps la vengeance céleste...
Page 30 - Brûlant plus que jamais d'une funeste flamme , Que l'amour outragé , dans mon barbare cœur, Pour prix de mes forfaits rallume avec fureur, Ranimant, sans espoir, pour d'insensibles cendres, De la plus vive ardeur les transports les plus tendres. Ainsi dans les regrets , les remords et l'amour, Craignant également et la nuit et le jour , J'ai traîné dans l'Asie une vie importune. Mais au seul Corbulon attachant ma fortune, Avide de périls, et, par un triste sort, Trouvant toujours la gloire...
Page 71 - Si j'en crois ses discours, fut l'époux d'Isménie ; Et cependant mon fils, charmé de ses appas, Quand son rival périt, gémit de son trépas ! Qui peut lui rendre encor cette perte si chère? Des larmes de mon fils quel est donc le mystère? Mais moi-même, d'où vient qu'après tant de fureur Je me sens malgré moi partager sa douleur?
Page 46 - D'ailleurs, pour l'enlever, ne me suffit-il pas Que mon père cruel brûle pour ses appas? C'est un garant pour moi : je veux ici l'attendre. Daigne observer des lieux où l'on peut nous surprendre. Adieu; je crois la voir: favorise mes soins, SpÈNE V. RHADAMISTE, ZKNOBIE. ZÉNOBIE. Seigneur, est-il permis à des infortunées...
Page 48 - Oui , je suis ce cruel, cet inhumain , ce traître, Cet époux meurtrier. Plût au ciel qu'aujourd'hui Vous eussiez oublié ses crimes avec lui ! O dieux! qui la rendez à ma douleur mortelle, Que ne lui rendez-vous un époux digne d'elle ! Par quel bonheur le ciel , touché de mes regrets , Me permet-il encor de revoir tant d'attraits? Mais, hélas ! se peut-il qu'à la cour de mon père Je trouve dans les fers une épouse si chère? Dieux! n'ai-je pas assez gémi de mes forfaits, Sans m'accabler...
Page 188 - Le mien, sans ce secours, est assez glorieux Pour ne rien voir ici dont ma fierté s'étonne. Un guerrier généreux que la vertu couronne Vaut bien un roi formé par le secours des lois : Le premier qui le fut n'eut pour lui que sa voix.
Page 18 - Par un ambassadeur parti de la Syrie , Rome doit décider du sort de l'Arménie. Reine de ces états , contre un prince inhumain Faites agir pour vous l'ambassadeur romain : On l'attend aujourd'hui dans les murs d'Artanisse.
Page 13 - J'ai trahi trop long-temps ton amitié fidèle ; II faut d'un autre prix récompenser ton zèle , Me découvrir : du moins , quand tu sauras mon sort , Je ne te verrai plus t'opposer à ma mort. Phénice , tu m'as vue aux fers abandonnée , Dans un abaissement où je ne suis point née. Je compte autant de rois que je compte d'aïeux , Et le sang dont je sors ne le cède qu'aux dieux.
Page 29 - Enfin percé de coups j'allois perdre la vie, Lorsqu'un gros de Romains sorti de la Syrie, Justement indigné contre ces inhumains , M'arracha tout sanglant de leurs barbares mains. Arrivé, mais trop tard, vers les murs d'Artaxate, Dans le juste dessein de venger Mithridate, , Ce même. Corbulon, armé pour m'accabler, Conserva l'ennemi qu'il venoit immoler.
Page 14 - Rhadamisthe , irrité d'un affront si funeste , De l'état à son tour embrasa tout le reste, En dépouilla mon père , en repoussa le sien ; Et, dans son désespoir ne ménageant plus rien, Malgré Numidius , et la Syrie entière , II força Pollion de lui livrer mon père.

Informations bibliographiques