Recherches historiques et littéraires sur la langue celtique, gauloise et tudesque, Volumi 1-2

Copertina anteriore
Houdin, 1815
0 Recensioni
Google non verifica le recensioni, ma controlla e rimuove i contenuti falsi quando vengono identificati
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 50 - Karlo, et in aiuda et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra salvar dift, in o quid il mi altresi fazet, et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai, qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit...
Pagina 10 - C&saris praerat, interficiunt, bonaque eorum diripiunt. Celeriter ad omnes Galliae civitates fama perfertur ; nam, ubi major atque illustrior incidit res, clamore per agros regionesque significant ; hunc alii deinceps excipiunt, et proximis tradunt...
Pagina 52 - Karlo iurat, conservat, et Karlus meos sendra de suo part non los tanit, si io returnar non Tint pois: ne io ne neuls, cui eo returnar int pois, in nulla aiudha contra Lodhuuig nun li iv er.
Pagina 50 - Pour l'amour de Dieu, et pour le peuple chrétien et notre commun' salut, de ce jour en avant, autant que Dieu m'en donne le savoir et le pouvoir, je sauverai mon frère Charles, ici présent, et lui serai en aide en chaque chose ( ainsi qu'un homme selon la justice doit sauver son frère), en tout ce qu'il ferait de la même manière pour moi, et je ne ferai avec Lothaire aucun accord qui, par ma volonté, porterait préjudice à mon frère Charles ici présent.
Pagina 43 - La langue qu'il appelait gallicane j devait être la même qui , dans la suite , fut nommée plus communément la romane; autrement il faudrait dire qu'il régnait dans les Gaules une quatrième langue, sans qu'il fût possible de la déterminer, à moins que ce ne fût un dialecte du celtique non corrompu par le latin , et tel qu'il pouvait se parler dans quelque canton de la Gaule avant l'arrivée des Romains. Mais quelque temps après l'établissement des Francs, il n'est plus parlé d'autre langue...
Pagina 46 - Prise j qui était dans la plus grande faveur auprès de ce prince. En effet, il était nécessaire que les Francs, en enrichissant leur langue de termes et de sons nouveaux, empruntassent aussi les caractères qui en étaient les signes ou qui manquaient à leur langue propre, dans quelqu'alphabet qu'ils se trouvassent.
Pagina 36 - Angliae conquisivisset, deliberavit quomodo linguam Saxonicam posset destruere, et Angliam, et Normanniam in idiomate concordare ; et ideo ordinavit quod nullus in curia regis placitaret nisi in Gallico, et iterum quod puer quilibet ponenilus ad litteras addisceret Gallicam et per Gallica'n Latinam, quae duo usque hodie observantur.
Pagina 30 - L. 4. n'est que par la confrontation des passages des différens auteurs, qu'on peut parvenir à fixer le sens des uns et des autres. La langue celtique s'était donc assez bien conservée jusqu'au temps que César entra dans les Gaules , du moins elle n'avait essuyé d'autres altérations que celles qui arrivent à toutes les langues vivantes, soit par un commerce étranger, soit par les changemens insensibles auxquels elles sont toutes sujettes. L'on sait qu'il suffirait d'une longue durée de...
Pagina 35 - Gallice ac non Anglice traderentur ; modus etiam scribendi Anglicus omitteretur, et modus Gallicus in chartis et in libris omnibus admitteretur.
Pagina 39 - ... cœpero, quia sum sine litteris rhetoricis et arte grammatica, dicat mihi aliquis : « Ausu rustico et idiota, ut quid nomen tuum inter scriptores indi aestimas?

Informazioni bibliografiche