Recherches naturelles, chimiques et physiologiques sur le curare: poison des flèches des sauvages américains

Front Cover
Librairie de V. Masson, 1855 - Curare - 55 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 8 - ... s'être livré à la pente précipitée de ces cataractes écumantes, dont les eaux suspendues semblent moins rouler sur la terre que descendre des nues; avoir pénétré dans ces vastes déserts, dans ces solitudes immenses, où l'on trouve à peine quelques vestiges de l'homme, où la Nature, accoutumée au plus profond silence, dut être étonnée de s'entendre interroger pour la première fois ; avoir plus fait, en un mot, par le seul motif de la gloire des lettres que l'on ne fit jamais...
Page 8 - ... L'expérience ne fut pas répétée. Ce poison est un extrait fait, par le moyen du feu, des sucs de diverses plantes et particulièrement de certaines lianes. On assure qu'il entre plus de trente sortes d'herbes ou...
Page 11 - Ce retour était célébré par une fête qu'on appelle, dans la mission, la fiesta de las juvias, et ressemble à nos fêtes des moissons et des vendanges. Les femmes avaient préparé beaucoup de liqueurs fermentées; pendant deux jours, on ne rencontrait que des Indiens ivres. Chez des peuples qui attachent beaucoup d'importance aux fruits des palmiers et de quelques autres arbres utiles à la nourriture de l'homme, l'époque de la récolte de ces fruits est marquée par des réjouissances publiques....
Page 16 - ... des mêmes bases ne la précipitent pas; il en est de même des oxalates alcalins , mais elle est précipitée abondamment par la teinture de noix de galle , l'acide gallique et les gallates ; le précipité , qui est d'un blanc jaunâtre , se dissout entièrement dans l'alcool et dans les acides.
Page 13 - Le suc le plus concentré du mavacure n'est pas assez épais pour s'attacher aux flèches. Ce n'est donc que pour donner du corps au poison que l'on verse dans l'infusion concentrée un autre suc végétal extrêmement gluant et tiré d'un arbre à larges feuilles, appelé kiracaguero. Comme...
Page 25 - ... du sens du tact. Les impressions perçues par le sens de la vue étaient plus vives, j'entendais distinctement tous les bruits de la chambre, et j'avais très-bien conscience de tout ce qui m'environnait. Le plaisir augmentant par degrés, je perdis tout rapport avec le monde extérieur. Une suite de fraîches...
Page 20 - Ei} effet, nous avons constaté que, par un privilège particulier, la membrane muqueuse de l'estomac et de l'intestin ne se laisse, pas traverser par le principe toxique du curare, bien qu'il soit soluble. Voici l'expérience à l'aide de laquelle ce fait peut être mis en évidence.
Page 25 - Reynoso, l'animal tombe mort sans pousser de cris, sans convulsions; il devient insensible et meurt. Quand on fait l'expérience sur un chien, aussitôt que le poison commence à être absorbé, on le voit se coucher doucement, comme s'il était fatigué, et avec une sorte de paresse, d'abord sur ses pattes; il s'étend ensuite complètement; sa respiration cesse, il devient insensible et meurt. Enfin, si le poison est mis sur une plaie en petite quantité, ou si l'on retarde sensiblement son absorption...
Page 9 - L'une d'elles est très grosse et noire, et si venimeuse, que sa piqûre donne la fièvre: on la trouve le plus souvent sur la terre. L'autre est une petite fourmi rouge qui pique comme une ortie et qui place ordinairement son nid sous la feuille d'un arbrisseau.
Page 13 - ... poussée assez loin. Il n'ya aucun danger à cette opération, le curare n'étant délétère que lorsqu'il entre immédiatement en contact avec le sang. Aussi les vapeurs qui se dégagent de la chaudière ne sont-elles pas nuisibles, quoi qu'en aient dit les missionnaires de l'Orénoque. Fontana, dans ses belles expériences sur le poison des...

Bibliographic information