Recherches sur la vie et les ouvrages de quelques peintres provinciaux de l'ancienne France, Volume 1

Front Cover
Dumoulin, 1847 - Painting, French - 4 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 184 - Dans cette nécessité, je viens vous supplier de leur prêter la main, de les conseiller et de les prendre sous votre protection , afin qu'ils ne soient pas trompés ou volés. Ils vous en viendront humblement requérir, et je m'assure, d'après l'expérience que j'ai de votre bonté, que vous ferez volontiers pour eux ce que vous avez fait pour votre pauvre Poussin pendant l'espace de vingt-cinq ans.
Page 12 - La paix soit avec vous. — ll est nu comme au jour du crucifiement; d'aucuns se prosternent et tous l'adorent; mais il s'est tourné vers Thomas, et sa pose est pleine d'une pitié divine. L'incrédule déjà a mis un genou en terre et l'autre n'en est pas loin. Jésus lui prend le bras et lui dit: Portez ici votre doigt, et considérez mes mains, approchez aussi voire main, et la mettez dans mon côté, et ne soyez pas incrédule, mais fidèle.
Page 184 - Ce sont gens grossiers et ignorants, qui ayant, après ma mort, à recevoir cette somme, auront grand besoin du secours et de l'aide d'une personne honnête et charitable. Dans cette nécessité, je vous viens supplier de leur prêter la main, de les conseiller et de les prendre sous votre protection, afin qu'ils ne soient pas trompés ou volés. Ils vous en viendront humblement requérir ; et je m'assure, d'après l'expérience que j'ai de votre bonté, que vous ferez volontiers pour eux ce que...
Page 184 - J'ai si grande difficulté à écrire, à cause du tremblement de ma main, que je n'écris point présentement à M. De Chambrai, que j'honore comme il le mérite, et que je prie de tout mon cœur de m'excuser. Il me faut huit jours pour écrire une méchante lettre, peu à peu, deux ou trois lignes à la fois, et le morceau à la bouche : hors de ce temps-là, qui dure fort peu, la débilité de mon estomac est telle, qu'il m'est impossible d'écrire quelque chose qui se puisse lire. Voyez, je vous...
Page 35 - D'Aix, je ne doute pas qu'il n'allât souvent à Arles , pour y visiter les amis qu'il y avait pu connaître durant son premier séjour, ou peut-être aussi pour y exécuter quelques travaux de son art. Étant donc à Arles , un jour qu'il nageait dans les eaux du Rhône, ce fleuve si froid et si rapide, Finsonius se noya. Il avait avec lui un pauvre chien , qui, peut-être entraîné à ses côtés dans ce courant, ne put sauver le peintre, se débattant contre la mort ; mais quand les bateliers...
Page 148 - Recueil d'estampes d'après les tableaux des peintres les plus célèbres d'Italie, des Pays-Bas et de France, qui sont à Aix dans le cabinet de M. Boyer d'Aguilles, procureur...
Page 104 - ... achevé de fortifier son goût, et qu'elles eurent multiplié ses connaissances. M. d'Aguilles ne se contenta pas cependant de voir et d'admirer; il voulut, en quittant l'Italie, se faire un fond qui pût, en quelque façon, le dédommager des belles choses dont il ne lui serait plus permis de jouir. Il recueillit quantité de tableaux, il acheta des estampes, des dessins, des sculptures qu'il apporta à Aix, et dont il se fit, pendant le reste de sa vie, un amusement d'autant plus permis, que...
Page 12 - Thomas répondit et lui dit : Mon Seigneur et mon Dieu. Jésus lui dit : Vous avez cru, Thomas, parce que vous m'avez vu; heureux ceux qui n'ont point vu et qui ont cru.
Page 36 - Finsonius au cimetière, et s'attachant à la fosse sous la terre fraîche de laquelle il sentait les restes de celui qui l'avait nourri et aimé, il s'y laissa mourir de faim. Jugez combien le spectacle étrangement triste de ce cadavre étendu sur la grève du Rhône, et de ce chien fidèle jusqu'à la mort, saisit d'émoi et...
Page 133 - ... Italie, et vivoit à Rome dans le dernier siècle. Il ya beaucoup de la manière des peintres de l'école romaine dans ses ouvrages. — Nicolas Pinson, de Valence en Dauphiné, vivoit dans le milieu du dernier siècle. L'ange Raphaël ordonne au jeune Tubie d'arracher le foye d'un poisson. Pinson est un maître presque ignoré, et il a cela de commun avec tous les artistes, qui se confinent, comme il a fait, dans le fond d'une province. Sur tout autre théâtre il auroit paru avec quelque sorte...

Bibliographic information