Recueil de pièces originales et authentiques: concernant la tenue des États-Géneraux d' Orléans en 1560, sous Charles IX; de Blois en 1576, de Blois en 1588, sous Louis XIII. Depuis le no. 1 jusqu'au [no. 134] inclusivement, Volume 2

Front Cover
Barrois l'ainé, 1789 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 46 - ... leur condition, et la mienne dure et • difficile. Car je n'ignore pas que de toutes les calamités publiques « et privées qui adviennent en un État, le vulgaire peu clairvoyant en « la vérité des causes de tous maux, s'en prend à son prince , l'en " accuse et appelle à garant ; comme s'il étoit en sa puissance d'obvier » à tons sinistres accidents, ou d'y remédier aussi prompteraent que
Page 50 - Quant à moi, ayez (je vous prie) cette opinion que je reconnais par la grâce de Dieu ce que je suis, que je ne veux pas ignorer pourquoi il m'a mis en ce haut lieu d'honneur et dignité, et moins veux-je mal user de la souveraine puissance qu'il m'a donnée. Je sais que j'aurai une fois à lui rendre compte de ma charge; et veux aussi protester devant lui en cette...
Page 50 - ... assemblée ne se despartira point que n'ayons faict les fondements d'un repos asseuré, trouvé les remèdes pour soulager mon pauvre peuple, pourvoir aux abus et ranger tous estats en bon ordre et discipline ; car il n'ya rien si difficile, dont, avec le travail universel et consentement de mes subjects, tous lesquels vous représentez ici, je ne me puisse promettre l'issue que je désire. Pour ces causes, je vous prie et conjure tous, par la foi et loyauté que me devez, par l'affection que...
Page 48 - De tous les accidents de ces dernières guerres, je n'ai rien senti de si grave, ni qui m'ait pénétré si avant dans le cœur que les oppressions et misères de mes pauvres sujets, la compassion desquels m'a souvent ému à prier Dieu de me faire la grâce de les délivrer en bref de leurs maux, ou terminer en cette fleur de mon âge mon règne et ma vie...
Page 328 - De vingt-cinq villes qu'il ya en Dauphiné, ne s'en trouve plus que six qui tiennent bon pour l'Église et le service du roi...
Page 45 - Présupposant cela, j'espère qu'en ceste assemblée de tant de gens de bien, d'honneur et d'expérience, se trouveront les moyens pour mettre ce royaume en repos, pourvoir aux désordres et abus qui y sont entrés...
Page 46 - ... délivrer mon peuple d'oppression , et en somme, donner remède aux maux dont le corps de cet Estat est tellement ulcéré qu'il n'a membre sain et entier , au lieu qu'il...
Page 62 - ... les financiers en leur fidélité; les marchands, se ressentant de la misère commune, n'ont plus ni bonne foi, ni loyauté. » Allant au-devant des doléances, il essaya de réfuter par avance les critiques qu'il était aisé de prévoir : multiplication des charges par les édits bursaux, indignité des officiers, ruineuses prodigalités du roi, tout fut discuté par Birague, qui ne...
Page 46 - ... mande. Bien me conforte que de la « coulpe et blâme de tant de calami« tés, le bas âge auquel le feu roi mon « frère et moi nous étions alors nous « justifie assez. Et quant à la reine « ma mère , il n'ya personne qui ait « pu ignorer les incroyables peines « et travaux qu'elle print, pour obvier « au commencement des malheurs. . . « Aussitôt que j'eus, atteint l'âge de
Page 61 - yère envers la qui voulaient jouir des privilèges sans supporter noblesse. les charges qu'acceptaient leurs ancêtres1. Arrivant ensuite au tiers état, il proclamait cet ordre, qui embrasse tant de classes diverses, le plus utile de tous, « étant semblable aux nerfs et veines du corps humain, qui lui donnent force et nourriture, et sans lesquelles le corps ne se pourroit soutenir.

Bibliographic information