Recueil de pièces originales et authentiques: concernant la tenue des États-Géneraux d' Orléans en 1560, sous Charles IX; de Blois en 1576, de Blois en 1588, sous Louis XIII. Depuis le no. 1 jusqu'au [no. 134] inclusivement, Volume 7

Front Cover
Barrois l'ainé, 1789 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 162 - Dieu seul, il n'ya puissance en terre, quelle qu'elle soit, spirituelle ou temporelle, qui eût aucun droit sur son royaume, pour en priver les personnes sacrées de nos rois, ni dispenser ou absoudre leurs sujets de la fidélité et obéissance qu'ils lui doivent, pour quelque cause ou prétexte que ce soit.
Page 163 - ... ou temporelle, qui ait aucun droit sur son royaume, pour en priver les personnes sacrées de nos Rois ni dispenser ou absoudre leurs sujets de la fidélité et obéissance qu'ils lui doivent, pour quelque cause ou prétexte que ce soit; que tous les sujets, de quelque qualité et condition qu'ils soient, tiendront cette loi pour sainte et véritable , comme conforme à la parole de Dieu, sans distinction, équivoque ou limitation quelconque...
Page 3 - Etats, et ce fait, élire, choisir et nommer sans plus de chaque ordre tous personnages dignes de cette grande marque de confiance, par leur intégrité et par le bon esprit dont ils seront animés...
Page 3 - ... la réforme des abus, l'établissement d'un ordre fixe et durable dans toutes les parties de l'administration , la prospérité générale de notre royaume , et le bien de tous et de chacun de nos sujets, les assurant que de notre part ils trouveront toute bonne volonté et affection pour maintenir et faire exécuter tout ce qui aura été concerté entre nous et...
Page 96 - pour ne pouvoir conserver de l'aigreur que con« tre ceux de qui elle se peut satisfaire par les ar« mes généreuses ; et croiroit avoir commis une « action trop honteuse à sa réputation' et celle de « ses prédécesseurs, si la grande et dispropor« tionnée différence qui est entre l'ordre du « tiers-état et celui de la noblesse l'avoit pu « rendre offensée. Que les paroles dudit sieur « Savaron n'avoient pu si ce n'est donner du « regret, de quoi il s'étoit dispensé des respec...
Page 95 - Senecey, président de l'assemblée, répondit dignement et judicieusement que la compagnie s'étoit portée volontairement à oublier le déplaisir reçu à cause des discours tenus par le président Savaron , pour ne pouvoir conserver de l'aigreur que contre ceux de qui elle se peut satisfaire par les armes généreuses; et croiroit avoir commis une action trop honteuse à sa réputation...
Page 163 - ... établis en France obligés d'y répondre , les impugner et contredire incessamment, sans respect , ambiguïté ni équivocation, sur peine d'être punis de même peine que dessus, comme fauteurs des ennemis de cet Etat.
Page 3 - ... d'icelui, pour nous faire entendre les remontrances, plaintes et doléances qu'ils auront à nous faire, et les moyens qu'ils...
Page 102 - Et non contents de se dire nos frères, ils s'attribuent la restauration de l'État ; à quoi comme la France sait assez qu'ils n'ont aucunement participé , aussi chacun connoît qu'ils ne peuvent, en aucune façon, se comparer à nous, et seroit insupportable une entreprise si mal fondée.
Page 162 - Que pour arrêter le cours de la pernicieuse doctrine qui s'introduit depuis quelques années contre les rois et puissances souveraines, établies de Dieu...

Bibliographic information