Recueil des œuvres de madame Du Boccage, Volume 2

Front Cover
Les Freres Perisse, 1770 - Imitation in literature
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 216 - Enfin nos pronoftics & la voix des deftins , Dévoilent à nos yeux le fort de ces humains. Ils font nés du Soleil : ce Dieu pour les défendre, De nos volcans éteints a rallumé la cendre; .'.'..vs ces cnf.ms du Ciel , cruels , ambitieux , Dégradent par leurs moeurs le fang de leurs ayeux.
Page 161 - Mufes, qui dirigez mas pénibles travaux , Dans vos mains aujourd'hui je remets mes pinceaux : Je tremble au feul récit des maux que fait la guerre ; Comment peindre aux combats Mars armé du tonnerre ? Loin de cicatrifer fon front plein de fureur , Mes couleurs de fes traits adouciroient l'horreur.
Page 33 - Ce fecret eft connu du feul Dieu que je fers , Qui voit naître & tomber ces fiftêmes divers , Comme au pied d'un Rocher une vague formée , Sous l'autre qui s'éleve eft fans celTe abîmée.
Page 46 - Et nos chefs fans orgueil , des loix font peu d'ufage. L'amour de mes fujets eft l'heureux avantage Qui m'éleva fans brigue au pouvoir...
Page 119 - Jadis charma le Dieu qui répand la lumiere. Vers cette beauté fombre il preflbit fa carriere ; Elle fuit , il la fuit , & croit par fon ardeur, De l'objet de fa flamme animer la froideur : Vains efforts ! dès qu'aux Cieux naît fa clarté féconde , La nuit vers le couchant , court fe plonger dans l'on.dc j Le foleil, irrité d'un refus fi confiant , De ravir la Déefle un jour faifit l'infrant.
Page 129 - Palais , donc l'éclat annonce une Déefle , Montre autant de rubis qu'il eft d'Aftres aux Cieux. Le foir , des feux d'encens allumés en ces lieux , Des plus riches jardins éclairent les ombrages ; L'or en forme les fruits , les...
Page 11 - Nous , dont tant de périls éprouvent la confiance, Sur cette Ifle inconnue offerte à nos regards , Du Roi que nous fervons portons les étendards. Si d'un peuple inhumain nous éprouvons l'infulte, Le Ciel eft notre appui. Pour éteadre fon culte , Qu'au nombre de nos ans s'égalent nos exploits.
Page 21 - Et les plus farneux ch«fs que sur l'Ebre on vit naître. A leurs yeux, dans ces bois, tout prend un nouvel être : Les animaux, les fruits, les arbres pleins d'encens N'ont rien dans leur aspect qui ressemble à nos champs: Le soleil y répand une clarté plus vive ; • \, ,. Mais...
Page 34 - Dans l'abîme des tems fe perdent comme une ombre. La renommée oublie & leurs faits & leur nombre : Tout périt , tout varie ; & la courfe des ans Change le lit des eaux & la face des champs.
Page 123 - Si jadis nous ofioas y régner fans tes charmes , Malgré cet attentat , pour calmer tes foupirs , Viens aux fources de l'or afTouvir tes defirs.

Bibliographic information