Reflexions sur l'histoire des juifs: I. Sur la ruine de leur république & II. Sur le messie, III. Sur l'incrédulité de ce peuple, sur les incrédules en général; pour servir de preuves à la vérité de la religion chrétienne. Avec un abrégé préliminaire de l'histoire des juifs, depuis qu'ils tombérent sous la domination des romains, jusqu'à la ruine entière de leur république et une description abrégé de leur schisme & de leurs sectes. Pour servir d'eclaircissemens à ces réflexions, Volume 1

Front Cover
Fabri & Barrillot, 1721 - Jews
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 314 - ... meurtrissure. Nous avons tous été errants comme des brebis; nous nous sommes détournés pour suivre chacun son propre chemin, et l'Éternel a fait venir sur lui l'iniquité de nous tous. On le presse et on l'accable, et il n'a point ouvert la bouche ; il a été mené à la tuerie comme un agneau, et comme une brebis muette devant celui qui la tond, il n'a point même ouvert la bouche. Il a été enlevé par la force de l'angoisse et de la condamnation; mais qui racontera sa durée?... Après...
Page xxiv - Bien loin qu'un tel homme voulut ôter de l'efprit des jeunes gens les doctrines qui peuvent les préferver de la débauche , bien loin qu'il voulut infpirer fes opinions à ceux qui en pourraient abufer , ou à...
Page 144 - Jui arracher aucune larme , ni aucune plainte ; feulement à chaque coup qu'on lui donnoit , il repetoit d'une voix plaintive & lamentable , Malheur , malheur fur Jerufalem.
Page 60 - ... être une plus prompte convic»tion de votre menfonge. Mais il faut vouloir »tout ce que Dieu veut : J'étois trop heureux , & il n'y avoit point de Prince de qui je dufle envier la félicité.
Page 124 - Par ^erment de ne fe rendre _ .-__ jamais ; mais qu'ils lui demandoient la permiffion de fe retirer avec leurs femmes & leurs enfans dans le defert , & qu'à cette condition ils lui abandonneroient la Ville.
Page 108 - Le plus ancien de ces murs pouvoit pafler pour imprenable , à caufe de fon extrême épaifleur, de la hauteur de la montagne fur laquelle il étoit bâti , & de la pro'fondeur des valées qui étoient au . pie.
Page 376 - Loi au dedans d'eux , & je t'écrirai en leur cœur, & je ferai que vous marcherez dans mes Statuts , & que -vous garderez mes ordonnances.
Page 135 - Genre -humain , ne fe. lafle point depuis fëize fiecles & demi , d'efperer un retour glorieux qui les élèvera au deflus de tous les Peuples du Monde; On verra dans les Réflexions fuivantes fi leur eiperance eft bien fondée.
Page 91 - Ces deux partis oppoiez railoient la garde les uns contre les autres, & en venoient quelquefois aux mains ) mais leurs combats n'étoient que de légères efcarmouches ; leurs grands éforts étoient contre le peuple , & ces factieux fembloient ne contefter qu'à qui le tiranniferoit plus cruelle- Les Si. ment. "i'« Cette horrible divifion qui dé- j^SéT chiroit cruellement la Capitale de Brigani.
Page 314 - On a voit ordonné fbn fèpul» cre avec les médians ; mais- il a été avec • le riche en fa. mort, car il n^avoit

Bibliographic information