Relation du siège de Lyon [by P.E. Béraud].

Front Cover
publisher not identified, 1794 - 1794 - 68 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 55 - ... incendier un asile où ils trouvaient des secours, qui était le patrimoine du pauvre, l'un des plus beaux monuments de l'Europe et où des milliers de malades étaient alors entassés avec les blessés de la troupe de Dubois-Crancé. Les bombes, les boulets rouges y furent jetés avec encore plus de fureur que dans aucun des autres endroits de la ville; ils y mirent le feu quarante-deux fois dans une nuit; il fut constamment éteint, malgré les décharges à mitraille qui en écartaient les...
Page 3 - Du principe éternel ils nient l'existence , Au nom de la patrie ils égorgent les Rois , Sur les débris du trône ils placent la licence , Régnent par la terreur, et renversent les lois.
Page 56 - Lyonnais devaient essuyer; les représentants tentèrent un nouveau moyen pour exciter une révolte dont ils se flattaient que la suite serait le massacre des chefs civils et militaires ou de se les faire livrer pour les immoler à leur rage. Un trompette est envoyé, la dépêche est ouverte devant le peuple...
Page 76 - ... annonçaient que, par une suite de cette funeste confiance, la ville allait être bientôt au pouvoir de l'ennemi; il n'y avait pas un instant à perdre pour soustraire à ses fureurs, à sa vengeance, l'élite des défenseurs de la cité et les administrateurs qui s'étaient dévoués pour son salut. Le général donna les ordres nécessaires; le rassemblement fut très long, par rapport à la distance des postes d'où il fallait partir pour arriver au point de réunion; environ deux mille hommes...
Page 66 - ... pouvait se convertir en farine que difficilement, la plupart des moulins ayant été incendiés dès les premiers jours du bombardement ; la famine se fit sentir , on fut obligé de réduire les habitans à la plus modique ration ; une demi-livre d'avoine était l'unique nourriture des femmes...
Page 101 - ... peine de tirer sur les hommes enchaînés ; cette rixe semblait pouvoir déterminer l'un des deux partis en faveur des restes déplorables de cette ville ; les exécutions furent effectivement suspendues pendant le tems nécessaire pour faire partir la troupe , qui avait déjà exterminé cinquante hommes de l'armée révolutionnaire , et faire arriver un nouveau renfort de Paris ; alors les exécutions recommencèrent avec plus de fureur que jamais , sous le prétexte que la querelle des troupes...
Page 50 - ... aussi le fut -elle avec l'indignation et le mépris; "qu'elle méritait ; la réponse fut une défense vigoureuse , et qui annonça l'intention des Lyonnais de s'ensevelir sous les décombres de leur cité , plutôt que de se flétrir à jamais, par un acte de lâcheté des plus...
Page 62 - 38 ) teaux ', par le pont St. Clair ; DuboisCrancé entreprit de détruire ce pont , et pour opérer ce qu'il n'avait pu faire avec la bombe et le canon , il résolut d'employer une de ces machines construites pour faire sauter le pont d'Anvers , et depuis pour renverser la ville de St.
Page 54 - C'est ainsi qu'abusant de la crédulité, de l'ignorance de ces hommes intimidés et dociles, on leur faisait croire que le drapeau qui, dans toutes les villes assiégées signale les hôpitaux, était...
Page 59 - ... importe de consigner dans les annales de la perversité humaine , c'est la joie barbare que témoignèrent avec les transports les plus éclatans , Crancé , Gautier et leurs autres collègues, à l'aspect des tourbillons de flammes qui s'élançaient de l'arsenal. Ils interrompirent une orgie des plus scandaleuses , et vinrent jouir , avec une troupe de prostituées , du spectacle affreux de cet embrasement ; c'est du château de la pape que ces monstres se repaissaient des maux qui étaient...

Bibliographic information