Roland,: tragédie en musique, représentée devant Sa Majesté à Versailles, le huitiéme Janvier 1685

Front Cover
Chez Guillaume de Voys, dans le Pooten, à l'Enseigne de Grotius., 1714 - Opera - 69 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 30 - Fontaine, qui d'une eau si pure Arrosez ces brillantes fleurs, En vain votre charmant murmure Flatte le tourment que j'endure. Rien ne peut enchanter mes mortelles douleurs. Ce que j'aime me fuit...
Page 51 - Ah ! j'attendrai long-temps : la nuit est loin encore. Quoi ! le soleil veut-il luire toujours ? Jaloux de mon bonheur, il prolonge son cours Pour retarder la beauté que j'adore. O nuit! favorisez mes désirs amoureux; Pressez l'astre du jour de descendre dans l'onde ; Déployez dans les airs vos voiles ténébreux : Je ne troublerai plus par mes cris douloureux Votre tranquillité profonde. Le charmant objet de mes vœux N'attend...
Page 51 - O nuit! favorisez mes désirs amoureux; Pressez l'astre du jour de descendre dans l'onde; Déployez dans les airs vos voiles ténébreux. Je ne troublerai plus , par mes cris douloureux , Votre tranquillité profonde. Le charmant objet de mes vœux N'attend que vous pour rendre heureux Le plus fidèle amant du monde.
Page i - Allons faire entendre nos voix Sur les bords heureux de la Seine, Allons faire entendre nos voix Au vainqueur dont tout suit les lois.
Page 32 - A vos pieds... .(55) Levez-vous, j'ai droit de faire un roi. Je veux unir, sous même loi.
Page 58 - BÉLIsE. D'un grand empire Angélique est maîtresse. Elle est charmante ; elle avait à son choix Des héros et des rois. Médor est sans biens , sans noblesse ; Mais Médor est si beau , qu'elle l'a préféré A cent rois , qui pour elle ont en vain soupire'.
Page 57 - Ma bergere pour elle. Quand des riches pays arrosés par la Seine Le charmant Médor serait roi, Quand il pourrait quitter Angélique pour moi, Et me faire une grande reine , Non, je ne voudrais pas encor Quitter mon berger pour Médor. Quinault eut, comme Racine, ce bonheur assez rare, que le dernier de ses ouvrages fut aussi le plus beau. Sa muse , qui mit sur la...
Page 39 - Qu'au mépris d'un amour, qui n'eut jamais d'égal,' Pour un autre que moi vous deveniez, fenfible, ' Tremblez pour mon heureux rival.
Page 22 - N'a que des appas. Fnjons les belles Cruelles; Craignons leur pouvoir. Que sert-il de les voir? Ah! gardons nous d'un amour sans espoir. Quelle peine, Quel tourment, D'être amant D'une inhumaine ! Si nous devenons amoureux, Aimons pour être heureux. Sans les amours, On s'ennuiroit de vivre ; Mais nous devons cesser de sui vrc Qui nous fuit toujours.
Page 25 - Merlin dans ces forêts enchanta deux fontaines Dont l'une fait haïr et l'autre fait aimer. C'est la fontaine de la haine Que je veux chercher en ce jour. Hélas ! que me sert-il de prendre un long...

Bibliographic information