Sagesse suivi de jadis et naguère

Front Cover
Le Livre de Poche, Jan 18, 2012 - Fiction - 348 pages
0 Reviews

Édition enrichie (Introduction, notes, dossier sur l'œuvre, variantes, chronologie et bibliographie)

Sagesse n'est pas séparable de la métamorphose que Verlaine a connue au mois de juin 1874, lorsqu'il s'est converti dans la prison où il avait été conduit pour avoir, à Bruxelles, tiré sur Rimbaud. Un changement radical s'en est suivi, qui n'est pas seulement religieux mais aussi politique puisque le poète, républicain naguère, soutient la cause légitimiste. Et cependant, le recueil qui contient bien des pièces antérieures à la conversion est moins cohérent que ne le donne à penser son architecture rigoureuse et, par sa dimension à la fois personnelle, politique, sociale, religieuse, il présente au lecteur les multiples facettes d'un art qui ne se réduit ni à un contenu ni à une facture uniques.
Quand Verlaine fait paraître le volume, en décembre 1880, chez un éditeur catholique, il s'attache néanmoins à souligner la rupture que ces vers nouveaux viennent ouvrir en son oeuvre - et c'est l'incompréhension qui prévaut parmi les lecteurs : néo-romantique par ses thèmes comme par son lyrisme, cette poésie déroute. Quinze ans plus tard, à la mort de Verlaine, Sagesse sera néanmoins devenu son plus grand recueil.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2012)

Metz 1844 - Paris 1896, " poete francais. D'abord "poete-fonctionnaire," il supporte mal son mariage et s'adonne a l'absinthe, ecrivant des poemes ou se melent melancolie et desirs ("Poemes saturniens, " 1866; "Fetes galantes, " 1869). Apres un repit (la "Bonne Chanson, " 1870), il rencontre Rimbaud, qui le fascine et bouleverse sa vie jusqu'a le conduire en prison (1873). Il aspire alors a une poesie musicale ("Romance sans paroles, " 1874) et revient au catholicisme ("Sagesse, " 1881). Promu initiateur du symbolisme, contribuant a faire connaitre "les Poetes maudits" (1884), il mene une vie errante d'hopitaux en cafes ("Jadis et Naguere, " 1884; "Parallelement, " 1889). Il a laisse une poesie tantot nostalgique et crepusculaire, tantot vive et libre, animee par le ton parle et l'imprevu des rythmes impairs.

Bibliographic information