Salons de T. Thoré, 1844, 1845, 1846, 1847, 1848

Front Cover
Librairie internationale, 1868 - Art - 568 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 103 - Elle n'a ni parents, ni support, ni richesse ; Elle trahit mes soins, mes bontés, ma tendresse : Et cependant je l'aime, après ce lâche tour, Jusqu'à ne me pouvoir passer de cet amour.
Page 228 - Seigneur, j'ai tout prévu pour une mort si juste. Le poison est tout prêt. La fameuse Locuste A redoublé pour moi ses soins officieux : Elle a fait expirer un esclave à mes yeux ; Et le fer est moins prompt, pour trancher une vie, 1395 Que le nouveau poison que sa main me confie. NÉRON. Narcisse, c'est assez ; je reconnais ce soin, Et ne souhaite pas que vous alliez plus loin.
Page 494 - Quel besoin si pressant avez-vous de rimer? Et qui diantre vous pousse à vous faire imprimer'? Si l'on peut pardonner l'essor d'un mauvais livre , Ce n'est qu'aux malheureux qui composent pour vivre. Croyez-moi, résistez à vos tentations, Dérobez au public ces occupations , Et n'allez point quitter, de quoi que l'on vous somme , Le nom que dans la cour vous avez d'honnête homme , Pour prendre , de la main d'un avide imprimeur, Celui de ridicule et misérable auteur.
Page 214 - Le soin que l'école actuelle donne aux formes, aux dépens de la couleur, prouve clairement qu'elle méconnaît le domaine particulier de la peinture, et qu'elle suit trop exclusivement les traces des statuaires.
Page 229 - Hélas ! l'état horrible où le ciel me l'offrit Revient à tout moment effrayer mon esprit. De princes égorgés la chambre était remplie : Un poignard à la main l'implacable Athalie Au carnage animait ses barbares soldats, Et poursuivait le cours de ses assassinats. Joas, laissé pour mort, frappa soudain ma vue...
Page 149 - On ne croirait jamais, à voir cette peinture mesquine et superficielle, que l'auteur se replie en soimême et médite ses impressions. Cependant, comme nous ne sommes pas ici pour nous faire des compliments, mais pour étudier l'art véritable, pour en exposer les principes et les résultats, il faut oser dire ce qu'on pense. La liberté de la critique est la condition première de la liberté de l'art. » M. Brascassat nous paraît en dehors de la tradition de tous les maîtres, et absolument privé...
Page 538 - Clesinger est très- propre à sculpter les images frémissantes, les agitations extérieures, l'exubérance de la vie sensuelle, les splendeurs de la beauté physique. Peut-être serait-il embarrassé de pénétrer dans ces caractères intimes et calmes qui appartiennent à certains types sublimes de la nature humaine. Il ferait mieux Aspasie que Platon, Ninon de Lenclos que Molière. Il est de la famille de Coysevox l'infatigable, et allié, de loin, — parles femmes, — à Rubens. Le talent...
Page 402 - Presque toutes les têtes de l'histoire ancienne ou moderne ont une analogie plus ou moins lointaine avec quelque race animale; Molière ne ressemble à aucun type de la création inférieure. Il est véritablement formé à l'image de Dieu, suivant le symbole de la Genèse. Et comme les Athéniens recommandaient à leurs femmes, afin qu'elles procréassent de beaux enfants, d'orner leurs maisons avec les statues des gladiateurs et des héros, de même on pourrait conseiller aux matrones de notre...
Page 150 - ... qu'on pense. La liberté de la critique est la condition première de la liberté de l'art. » M. Brascassat nous paraît en dehors de la tradition de tous les maîtres, et absolument privé d'un sentiment vivace et original, outre que son exécution est la plus faible et la plus commune du monde. Il ressemble, par la débilité de son style et de sa pratique, à tous, ces mauvais peintres petitement adroits, dont Bruxelles et La Haye nous envoient les ouvrages, que les amateurs ont le mauvais...
Page 403 - Il n'ya jamais eu de nature généreuse et abondante avec, le ne/, et les lèvres minces. Les arcs des sourcils sont proéminents et ils cintrent un grand œil loyal et clairvoyant. Sur le cou nu, le sculpteur a noué une écharpe négligée; simple ajustement qui fait valoir la physionomie poétique de l'auteur du Misanthrope. Le plus grand éloge qu'on puisse faire de ce buste de Molière, outre le sentiment el l'habileté de l'exécution, c'est qu'il a l'air d'être exécuté d'après nature.

Bibliographic information