Samuel Brohl et cie

Front Cover
Librairie Hachette, 1880 - French fiction - 330 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 201 - Lollius, vous savez, Marcus Lollius, à qui il adresse l'ode ix du livre IV, et qui fut consul l'an 733 après la fondation de Rome. La ressemblance est frappante, vous allez voir. » Il posa sa tasse, prit le livre dans sa main droite, et tour à tour posant sur sa bouche l'index de sa main gauche ou le promenant complaisamment sur le texte pour en souligner les beautés :
Page 107 - Jessica; il n'est pas jusqu'au plus petit de ces globes que tu contemples, qui par ses mouvemens ne produise une harmonie angélique, laquelle s'accorde avec les voix des chérubins aux yeux éternellement jeunes. Les âmes immortelles portent en elles-mêmes une semblable musique; mais aussi longtemps que ce vêtement de boue, fait pour tomber, l'emprisonne grossièrement entre ses cloisons, nous ne pouvons l'entendre. — Samuel se relevait quelquefois la nuit pour regarder le ciel, et il croyait...
Page 201 - C'est vous du moins qui l'avez patronné, qui l'avez produit ; sans vous, le monde n'eût jamais soupçonné l'existence de ce beau génie, de ce noble caractère, qui se cachait sous l'herbe du chemin comme la violette. — C'est décidément un remué de germain, se dit M. Moriaz. — Et tenez, continua l'abbé, croiriez-vous que j'ai retrouvé M. Larinski tout entier dans Horace? Oui, Horace l'a représenté...
Page 141 - ... que les Anglais et les Allemands, et, pour tout dire, je ne crains pas d'avancer que ce pays est dans tout l'univers celui où il ya le plus d'honnêteté. Ce n'est pas par là que nous péchons. Notre malheur est d'être trop raisonnables dans l'habitude de la vie, trop circonspects, trop prudens ; nous manquons d'audace dans nos entreprises, nous voulons, comme on dit, avoir un pied en terre ferme et que l'autre ne soit pas loin. Il nous faut des sûretés, nous n'aimons pas les risques, les...
Page 268 - Moriaz d'un ton grave, mélancolique et respectueux : — Pardonnez-moi, je ne suis pas toujours maître de mes impressions. — A la bonne heure, dit-elle, et vous restez, n'est-ce pas ? — Impossible, répondit-il; je serais maussade, et vous m'en voudriez. Elle le pressa, il opposa à ses prières une résistance polie, mais inébranlable. Elle en ressentit un vif chagrin. Depuis quatre semaines, son cœur était en fête et comme épanoui dans sa joie ; un amandier en fleurs n'est pas content...
Page 178 - Galet, à qui j'ai servi, selon vos ordres, le quartier de sa pension. Comme vous la gâtez ! J'ai trouvé sur sa table un bouquet de duchesse, elle a prétendu que vous le lui aviez envoyé de là-bas, et j'ai eu toutes les peines du monde à lui faire comprendre qu'on ne cueille pas des camellias doubles sur le glacier du Roseg. Semez de fleurs, si vous le voulez, l'existence et la mansarde de...
Page 195 - ... de publicains et de poissonniers, que, si le Christ s'avisait de venir prêcher sur le boulevard des Italiens le sermon de la montagne... — .Pour la vraisemblance du fait, place au moins la scène à Montmartre, interrompit-il. Franchement, je ne vois pas très bien quel rapport il peut y avoir entre le Christ et le comte Larinski, et puis la théologie, n'en parlons pas, ce n'est pas mon affaire. La religion me paraît être une bonne chose, une chose utile, et j'accepte volontiers le christianisme;...
Page 54 - ... portait en bandoulière. Il en tira une miche de pain mollet, des œufs cuits durs, un pâté de venaison, une bouteille d'excellent bourgogne. Il étala ses provisions autour de lui, puis il présenta à M. Moriaz une coupe taillée dans une noix de coco, et la remplit jusqu'aux bords en disant : Voilà qui vous remettra. M. Moriaz vida la coupe et sentit bientôt son malaise se dissiper. Sa belle humeur lui revint, il narra gaîment à son amphitryon sa déplorable odyssée; Abel lui raconta...
Page 138 - ... faire. — Pourquoi cela? — Vous dirai-je ma raison ? Je n'aime pas à rompre la glace, et les Polonais se plaignent que ce qu'il ya de plus glacial au monde, c'est la froideur parisienne. — Cela s'explique, s'écria Camille. Paris, le vrai Paris, est une petite ville de cent mille âmes, et cette petite ville est envahie de plus en plus par l'étranger, qui vient y chercher le plaisir ou la fortune. Il est naturel que Paris se défende. — Les Parisiens se piquent de finesse, reprit Samuel....
Page 195 - Christ... vous m'écoutez?.. reparaissait parmi nous avec son cortège de publicains et de poissonniers, que, si le Christ s'avisait de venir prêcher sur le boulevard des Italiens le sermon de la montagne... — .Pour la vraisemblance du fait, place au moins la scène à Montmartre, interrompit-il. Franchement, je ne vois pas très bien quel rapport il peut y avoir entre le Christ et le comte Larinski, et puis la théologie, n'en parlons pas, ce n'est pas mon affaire. La religion me paraît être...

Bibliographic information