Satyres chrestiẽnes de la cuisine papale

Front Cover
pour M. G. Revilliod par J. G. Fick, 1560 - French poetry - 131 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - Et de faict, il est certain que les diverses accoustumances des hommes, et les diverses natures font que la vérité se doit enseigner par divers moyens : de sorte que non seulement elle peut estre reçeue par démonstrations et graves authoritez, mais aussi sous la couverture de quelque facétie.
Page 121 - Et qu'après nostre vivant, Mourrions ensemble en beuvant. Nez, vrai nez de Cardinal, Mes Heures, mon Doctrinal, Miroir de la Sorbonique, Qui ne fus one heretique, Vray suppost de nostre Eglise, Digne qu'on te canonise: •; . Mon rebec, ma cornemeuse, , Duquel 1...
Page 121 - Qui ne fus onc heretique, Vray suppost de nostre eglise, Digne qu'on te canonise: Mon rebec, ma cornemuse, Duquel la ronflante muse De blanc...
Page 4 - ... ayant a cest effect consideré la source de tout le mal, remué tout le mesnage de cest Antechrist le Pape, ie me suis rué de droite cholere en sa cuisine, là où i'ay veu ses cuisiniers sous accoustremès de simplicite & honestete, superbes & deshonesles pautoniers : ses vtèsiles, sous couleur de purete & bône odeur, gras & puans...
Page 99 - ... t'empongne, Vous autres en serez tesmoins. L'hoste, qui ne pensoit rien moins, Quand il s'estoit mis a l'escart, Apres auoir sceu le depart Des galans, faisant du subtil, Preud'homme, tu payeras, dit il: Car en me prenant ie t'ay pris, Et ne sortiras du.pourpris, Que le payement ne soit faict.
Page 46 - Il faut bien dire, o piteux cas! Qu'il ya faute d'aduocas Pour telle cause maintenir, Quand il faut pour la soustenir, Que des Asnes la Kyrielle Portent le fais de la querelle. 0 preux & vaillans Achilles...
Page 3 - Mais ayant jette ma veuë sur certains escrits facétieux, et toutesfois chrestiens, aussi tost nostre bon Dieu m'a tant fait sonder les secrets de sa Parole, que tout incontinent j'ay eu horreur de l'abysme où peu au paravant je m'estoye précipité. Et lors me souveint du vers d'Horace : Qu'est-ce, dit-il, qui empesche que celuy qui rit ne die vérité ? Ainsi donc je suis venu d'un rien à un tout, comme en riant.
Page 123 - Qui affîert a tel seigneur. Mais o mon nez qui t'en vas. Estant ainsi mort helas! A quel maistre seras-tu Conuenable a ta vertu ? Si tu as encor enuie De me plaire apres ta vie, Va droict entre les camus Choisir feu De cornibus. Car lors (o grand desplaisir !) Que la mort le veint saisir, Le bon homme (scay-ie bien) Auoit ia perdu le sien. Au moins i'auray ce confort., Que seras apres ta mort Le nez d'vn autant preud'homme, Que fut onc pape de Homme.
Page 19 - L'abiuration, l'exorcisme En lieu de tout le Catechisme , Chargent comperes, & commeres. Voire sans charges trop ameres. Car peu d'argent fait la descharge. Entrons donc. Place. Large, large: Et vous aurez de l'eau benite De la cour du bon Chatemite. Et plus n'en dit le deposant. Car le temps est qu'en s'opposant A toute reformation...
Page 48 - Ces Conuents du monde retraits, Sont de ce manoir les retraits, Et cuuier a buer les linges De ces singesses & ces singes Abominablement puans. Regarde de puis trois cens ans Quelles vieilles sempiterneuses, En leurs cloaques veneneuses, Font buée a ces Venerables. Regarde (choses miserables !) De messieurs les Pharisiens Qui ne sont tous Parisiens, La forte & ferme hypocrisie : D'Achab l'auare frenesie A vsurper la propre vigne De Naboth, qui luy est voisine. Regarde ce chapeau doré Qui veut de...

Bibliographic information