Société de l'histoire de France, Volume 254, Part 4

Front Cover
La Société, 1891 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 68 - ... nous a paru mériter d'être honoré de cette marque de notre estime et de notre confiance. Nous sommes persuadé que pour tout ce qui aura rapport à la personne et à l'éducation du...
Page 102 - Suède, et à rechercher votre alliance ; » l'Angleterre, au moins en partie, est disposée » à recevoir son roi légitime. Suivons ces vues » que la gloire de la nation et la proximité du » sang vous inspirent , plutôt que celles qui à la » fin vous mèneront à faire la guerre au roi » d'Espagne. » Le Régent me regarda fixement, et me dit : « Vous allez au grand. — Mes pre» mières vues, lui répondis -je, iront toujours » au grand ; et je ne reviens au médiocre que » lorsque...
Page 222 - Conflans, pour lui demander les pouvoirs. Le cardinal les refusa. Ainsi il fut résolu que l'un des aumôniers du Roi ou l'un de ses chapelains le confesseroit pour les premières Pâques, et qu'on chercheroit le moyen d'établir le nouveau confesseur, soit par l'autorité du Pape, soit en faisant sortir le Roi pour quelques jours du diocèse de Paris. J'allai coucher le premier avril chez le premier président, et le jour d'après à Villars, où beaucoup de gens vinrent me voir.
Page 67 - ... maintenir nos sujets dans l'obéissance qu'ils doivent au roi mineur. Ce conseil de régence sera composé du duc d'Orléans , chef du conseil ; du duc de Bourbon, quand il aura...
Page 18 - ... nous traitons en gens d'honneur, et d'une » manière bien éloignée de toutes les finesses » que plusieurs estiment nécessaires dans les в négociations.
Page 136 - ... de Fribourg : il avoit lieu d'être content du Régent, dont il avoit obtenu une pension de six mille livres; mais son esprit inquiet le fit entrer dans ces intrigues, et il fut retenu à la Bastille long-temps après que les autres eurent été mis en liberté. [1720] Pendant ce temps-là on suivit les affaires de Bretagne, où l'on avoit envoyé une chambre de justice, à la tête de laquelle étoit M. de Châteauneuf, qui avoit été d'abord ambassadeur à Constantinople, ensuite à La Haye,...
Page 221 - L'abbé Fleury, confesseur du Roi, s'étoit démis de cette place à cause de ses infirmités et de son grand âge. Le Régent y destina un jésuite. On le proposa au cardinal de Noailles, qui déclara qu'il ne lui donneroit point ses pouvoirs, et conseilla de ne prendre aucun religieux.
Page 338 - J'ai eu l'honneur de l'entretenir assez long-temps, et cette princesse me montroit des sentimens très-respectables sur ses devoirs. Elle étoit dans l'impatience de voir le Roi son père, qui devoit arriver le i5.

Bibliographic information