Suite au Mémorial de Sainte-Hélène ou observations critiques, anecdotes inédites pour servir de supplément et de correctif à cet ouvrage, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 66 - Le premier devoir du prince, sans doute, est de faire ce que veut le peuple; mais ce que veut le peuple n'est presque jamais ce qu'il dit: sa volonté, ses besoins, doivent se trouver moins dans sa bouche que dans le cœur du prince.
Page 55 - Napoléon lui fit proposer de remonter sur son trône, il n'hésita pas. Le comte de Laforest lui fut envoyé pour cette négociation. Le traité fut bientôt rédigé : aucune condition n'était imposée à Ferdinand, car on n'appellera pas condition l'engagement qu'il prit de maintenir les ventes des domaines nationaux faites pendant son absence, et de ne rechercher aucune des personnes qui avaient exercé des emplois. Ferdinand alors manifesta hautement la résolution de prendre en Espagne les...
Page 325 - Les départements qui depuis 1 8 1 k ont été détachés de la France ont sollicité et obtenu comme un bienfait de continuer à être soumis aux lois de la conscription, afin d'éviter l'arbitraire, l'injustice et les vexations des lois autrichiennes et prussiennes sur cette matière. Les provinces illyriennes , depuis longtemps accoutumées au recrutement autrichien, ne cessaient d'admirer les lois de la conscription française, et, depuis qu'elles sont rentrées sous le sceptre de leur ancien...
Page 336 - Dauphiné, sans tirer un coup de fusil. Mais pouvait-on avec une armée de cent quarante mille hommes, battre les deux armées qui couvraient la Belgique; savoir l'armée anglo-hollandaise : cent mille hommes sous les armes ; l'armée prusso-saxonne : cent vingt mille hommes, c'est-à-dire deux cent vingt mille hommes.
Page 98 - La contre -révolution, même en la laissant aller, doit inévitablement se noyer d'elle-même dans la révolution. Il suffit à présent de l'atmosphère des jeunes idées pour étouffer les vieux féodalistes ; car rien ne saurait désormais détruire ou effacer les grands principes de notre Révolution...
Page 306 - Les alliés se trouvaient dans un cercle vicieux, »d'où il leur était impossible de se tirer, si la défection ne «fût venue à leur secours. Ils étaient hors d'état d'assurer »leur retraite , et cependant obligés de s'y déterminer.
Page 101 - Louis XIV, ayant réuni tous les pouvoirs et donnant à leur peuple la brillante et coûteuse distraction des victoires et des grandes entreprises , ne laissèrent pas- de dominer par la partie forte de leur temps: je veux dire par la noblesse et par l'église réunies.
Page 223 - ... c'était un obstacle qui, partout, contrariait l'influence française. Il fallait le faire disparaître, et pour cela revêtir de titres égaux aux leurs les principaux personnages de l'Empire. Le succès fut complet; la noblesse européenne cessa dès lors d'être opposée à la France, et vit avec une secrète joie une nouvelle noblesse qui, par cela qu'elle était nouvelle, lui paraissait inférieure à l'ancienne; elle ne prévoyait pas la conséquence du système français, qui tendait à...
Page 334 - Cependant la crise nationale, arrivée à son comble, porterait une grande énergie en Normandie, en Bretagne, en Auvergne, en Berri, etc. De nombreux bataillons arriveraient tous les jours sous Paris. Tout irait en augmentant du côte de la France, en diminuant du côté des alliés. 6".
Page 315 - Napoléon, qui n'avait pu parvenir encore à connaître le véritable ultimatum des alliés, envoya de Reims, quelques jours après la bataille de Craonne, de nouveaux pouvoirs à son plénipotentiaire pour terminer, avec cette seule restriction qu'il ne signerait aucun traité dont l'évacuation du territoire et le renvoi des prisonniers faits de part et d'autre, ne seraient pas le résultat immédiat. Son courrier rencontra le duc de Vicence à quelques lieues de Châtillon. Les alliés avaient...

Bibliographic information