Tableau de Paris

Front Cover
Pagnerre, 1853 - Paris (France) - 384 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 292 - Il n'ya que leur cri qui soit fatigant; mais si le falot crie la nuit, qui ne crie pas le jour ? Le petit peuple est naturellement braillard à l'excès; il pousse sa voix avec une discordance choquante. On entend de tous côtés des cris rauques, aigus, sourds : Voilà le maquereau qui n'est pas mort ; il arrive ! il arrive ! Des harengs qui glacent, des harengs nouveaux ! Pommes cuites au four ! Il brûle ! il brûle ! Ce sont des gâteaux froids. Voilà le plaisir des dames ! Voilà le plaisir...
Page 192 - ... argent. Cette filouterie se pratiquait dès le temps du feu roi, qui en avait pris plusieurs en flagrant délit, et les avait averties; mais comme il n'ya rien de si impudent que les femmes de cour , au moyen de l'impunité elles continuent. Dernièrement, Madame disait à MM. de Chalabre et Poincot , les banquiers du jeu de la reine : « On vous friponne bien , messieurs.
Page 192 - Cette police est , sans doute, très-bien faite; mais il serait à désirer qu'on retendît aux duchesses, qui journellement escroquent les joueurs crédules leur confiant leur argent. Cette filouterie se pratiquait dès le temps du feu roi, qui en avait pris plusieurs en flagrant délit , et les avait averties; mais comme il n'ya...
Page 160 - Il faut, disoit - il, tenir le pot de chambre aux ministres, tant qu'ils sont en place, et le leur verser sur la tête, quand ils n'y sont plus. 11 ajoutoît: Quelque ministre des finances qui vienne en place, je déclare d'avance que je suis son serviteur, son ami, et même un peu son parent.
Page 161 - J'avais connu son neveu, moitié abbé, moitié laïque, qui vivait dans les cafés, et qui réduisait à la mastication tous les prodiges de la valeur, toutes les opérations du génie, tous les dévouements de l'héroïsme, enfin tout ce que l'on faisait de grand dans le monde. Selon lui, tout cela n'avait d'autre but ni d'autre résultat que de placer quelque chose sous la dent.
Page 230 - Pétersbourg, pour avoir part aux bienfaits de l'impératrice, mais qu'il fallait préalablement apprendre le russe. Il crut étudier cette langue, et au bout de six mois, il vit qu'il avait appris le bas-breton.
Page 292 - Les hommes ont des cris de femmes, et les femmes des cris d'hommes. C'est un glapissement perpétuel ; et l'on ne saurait peindre le ton et l'accent de cette pitoyable criaillerie, lorsque toutes ces voix réunies viennent à se croiser dans un carrefour.
Page 14 - Dès qu'on est sur le pavé de Paris, on voit bien que le peuple n'y fait pas les lois: aucune commodité pour les gens de pied, point de trottoirs. Le peuple semble un corps séparé des autres ordres de...
Page 96 - ... nom ou celui qu'elles veulent prendre avant que d'être conduites à la prison de pénitence. Toutes les charges sont déduites avec des expressions non voilées; le commissaire et son clerc sont accoutumés à l'idiome des mauvais lieux, comme des académiciens le sont au beau langage. Au reste, les mots proscrits de la langue sont positivement dans toutes les bouches, depuis les princes jusqu'aux crocheteurs.
Page 228 - A la messe de minuit de Noël, Daquin imita si parfaitement sur l'orgue le chant du rossignol, sans que le couplet dans lequel il le faisait entrer parût gêné en rien de cette addition, que l'extrême surprise fut universelle.

Bibliographic information