Tableau de la littérature franc̜aise au dix-huitième siècle

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 130 - Je n'ai jamais ouï parler du droit public, qu'on n'ait commencé par rechercher soigneusement quelle est l'origine des sociétés ; ce qui me paraît ridicule. Si les hommes n'en formaient point , s'ils se quittaient et se fuyaient les uns les autres, il faudrait en demander la raison , et chercher pourquoi ils se tiennent séparés : mais ils naissent tous liés les uns aux autres ; un fils est né auprès de son père , et il s'y tient : voilà la société et la cause de la société.
Page 197 - Vous voulez prononcer sur le sort de Louis; et c'est vousmêmes qui l'accusez! Vous voulez prononcer sur le sort de Louis; et vous avez déjà émis votre vœu!
Page 116 - Il semble que sa haine pour l'ordre actuel ne pouvait pardonner même à la première origine d'où cet ordre était dérivé. Ses livres étaient bien moins une louange de l'antiquité, qu'une attaque contre ce qui existait; ils inspiraient moins la vénération pour les institutions anciennes, que le mépris pour les institutions modernes.
Page 19 - ... l'opprobre ; et suivant que la Providence nous a jetés dans un temps ou dans un autre, nous recueillons le bonheur ou le malheur attaché à l'époque où nous vivons. Nos goûts, nos opinions, nos impressions habituelles en dépendent en grande partie. Nulle chose ne peut soustraire la société à cette variation progressive. Dans cette histoire des opinions humaines, toutes les circonstances sont enchaînées de manière qu'il est impossible de dire laquelle pouvait ne pas résulter nécessairement...
Page 33 - Plus illustre qu'eux , d'Aguesseau , citoyen plein de constance et de vertu , au milieu de la corruption universelle , ne céda jamais ni aux séductions du vice , ni aux abus de l'autorité ; il occupa ses loisirs par l'étude des lettres et des sciences , et donna un des derniers exemples de la conduite que pouvait tenir un magistrat dans la monarchie française , en suivant les traces qu'avaient laissées dans cette carrière tant de vertueux prédécesseurs. On retrouve dans son style , plein...
Page 125 - C'est cette portion de notre vie intérieure que Rousseau a su représenter ; les lettres de Julie ne renferment pas ce qui se dit; mais on y trouve ce qu'on a senti sans le dire. Cette manière d'envisager et de décrire le cœur humain a été la source des beautés admirables de cet ouvrage; elle a entraîné aussi quelques défauts; le plus grand, sans doute, c'est cette uniformité d'un même style toujours destiné à peindre des impressions exaltées, et à les raconter en détail.
Page 56 - ... meilleur. Voltaire mériterait encore bien des critiques. Le peu de profondeur de ses réflexions, la connaissance incomplète des caractères , un style qui plaît , mais qui n'appelle point à penser : tels sont les reproches qui lui ont été faits; on pourrait en ajouter de plus graves. Voltaire , dans le règne de Louis XIV, n'a vu que l'éclat dont il a brillé par les victoires, par les lettres , par les arts. Il n'a...
Page 43 - ... les jugements sur toutes choses étaient conséquemment devenus plus faciles à porter; mais ils avaient dû perdre aussi la gravité et la retenue; chaque homme avait appris à attacher plus d'importance à sa personne, à son opinion, et à se moins soucier des idées reçues. Quelques écrivains que nous avons nommés, illustrent cette époque.
Page 176 - ... une métaphysique plus claire et moins élevée est adoptée; on la croit démontrée; la morale et la politique s'étonnent de voir leurs principes s'élever sur des bases nouvelles: la religion est attaquée avec violence; toutes ces opinions se disséminent dans les livres particuliers de chaque écrivain, et se réunissent en un seul et vaste corps d'ouvrage, entrepris dans des vues utiles, mais exécuté ensuite dans une autre intention. L'ordre social concourt merveilleusement avec ce progrès...
Page 90 - Ce fut une révolution d'autant plus importante , que les idées et les opinions qu'elle a répandues, sont, pour ainsi dire , devenues classiques en France , et nous isolent maintenant de la philosophie antique , et des écoles étrangères.

Bibliographic information