Tableau historique et littéraire de la langue parlée dans le midi de la France et connue sous le nom de langue romano-provençale

Front Cover
Maffre-Capin, 1842 - Literatura occitana - 335 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 298 - Ices, kirielles, couplets, rondeaux, partie en rimes françaises, partie en langage tholosain ; plus une pronostication pour toujours et à jamais ; le tout fait et baillé aux maîtres et mainteneurs de la gaie science de rhétorique , au consistoire de la maison commune de Toulouse par maistre Pierre de Nogerolles , docteur en la gaie science , in-4.
Page 127 - Que sa splendeur ravit le pauvre mendiant ! Tel maître vous prescrit plus d'un ordre effrayant, Qui sans lui resterait docile et suppliant. Devant lui le chagrin se dissipe en fuyant : Telle lune...
Page 132 - Qu' ab bel semblan m' a tengut longamen. Be sai que tot quan fas es dretz niens; E qu'en puesc mais, s' amors mi vol aucire! Qu' a escien m' a donat tal voler, Que ja non er vencutz, ni el no vens: Vencutz si sui, qu...
Page 312 - Recueil de prières , de réveillés et de cantiques , tant en français qu'en langue vulgaire , en l'honneur de Notre-Dame des Anges, pour l'usage de la ville de Pignans; le tout recueilli par un homme de retraite , occupé à l'éducation de la jeunesse, in 12.
Page 269 - Facéties provençales, ou recueil de diverses pièces bouffonnes, originales et inédites, en idiome provençal, dont le manuscrit a été trouvé en 1796 sous les ruines de l'église des Accoules, contenant entre autres la comédie du Barbier d'Auriol et plusieurs dialogues curieux et amusants, dédié aux amateurs delà grosse gaieté.
Page 121 - Nous jeunes hommes, si longtemps que nous sommes, De grande folie par erreur parlons, Parce que ne nous souvient par qui vivre espérons. Qui nous soutient tant que par terre allons, Et qui nous paît afin que ne mourions de faim, Par qui que je me sauvasse j'espère, en tant que l'invoquons.
Page 142 - Ai! Qu'ieu aug que li gaita cria: Via sus, qu'ieu vei lo jorn Venir apres I' alba. Doussa res, s'ieu no us vezia Breumens, crezatz que morria, Que'l gran dezirs m'auciria; Per qu'ieu tost retornarai, Que ses vos vida non ai.
Page 42 - ... des siècles passés ces mêmes mots dont l'usage s'est perdu , et dont on a conservé les dérivés ; la lecture des anciennes chartes et des vieux glossaires en découvrira beaucoup ; les dialectes ou patois usités dans les différentes provinces qui n'ont pas subi autant de variations que la langue polie , ou du moins qui n'ont pas subi les mêmes , en contiennent aussi un grand nombre : c'est là qu'il faut chercher.
Page 227 - Bai-lion , sous le titre de Complainte républicaine, en patois de Grenoble, sur la révolution française chantée par un pauvre aveugle , l'an m de la république, ( Orthographe différente, et 16 couplets au lieu de 10. ) Académie des inscriptions et belles lettres , t.
Page 261 - Nouveau recueil ou choix de pièces et d'écrits divers sur la révolution qui a été tentée en France par les édits de mai 1788 , in-8

Bibliographic information