The Jesuit Relations and Allied Documents: Travels and Explorations of the Jesuit Missionaries in New France, 1610-1791; the Original French, Latin, and Italian Texts, with English Translations and Notes, Volume 70

Front Cover
Reuben Gold Thwaites
Burrows Bros. Company, 1900 - Canada
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 108 - Canadiens les a si souvent multipliés, qu'on seroit étonné de ne les voir pas renouvelés plus d'une fois dans le cours d'une campagne ; la suite de cette lettre en fournira la preuve. Après avoir pris congé de M. de Montcalm , je me rendis au quartier des Abnakis. Je fis avertir l'orateur d'assembler incessamment ses compatriotes , et de les avertir que , devant aller dans quelques jours à l'attaque du fort anglais , j'attendois de leur religion , qu'ils se prépareraient à cette périlleuse...
Page 120 - C'est celui auquel il se détermina. Dans l'instant on les voit tirer avec précipitation vers le rivage : quelquesuns d'entr'eux, pour y arriver plutôt , se mettent à la nage , en se flattant de pouvoir se sauver à la faveur des bois ; entreprise mal concertée, dont ils eurent tout le temps
Page 191 - ... in my reflections, when I saw an English officer pass who happened to be well acquainted with the French language. I addressed him therefore in a firm tone : " Sir, I have just ransomed this young infant from slavery, but it will not escape death, unless you direct some one of these women to take the place of its mother, and nurse it, until I shall be able to provide for it otherwise.
Page 166 - ... plus hasarder sa gloire dans une seconde tentative. Mais ce qui fut le sujet de leur principal étonnement , ce fut ces divers boyaux qui , formant les différentes branches d'une tranchée , sont autant de chemins souterrains si utiles pour protéger les assiégeans contre le canon des assiégés. Ils examinèrent , avec une avide curiosité , la manière dont nos grenadiers français s'y...
Page 178 - On se désaisit, on se dépouilla, on se réduisit à rien pour acheter au moins la vie par ce dépouillement universel. Cette condescendance devait adoucir les esprits ; mais le cœur des Sauvages ne semble pas fait comme celui des autres hommes; vous diriez qu'il est, par sa nature, le siége de l'inhumanité. Ils n'en furent pas moins disposés à se porter aux plus dures extrémités. Le corps de quatre cens hommes de troupes Françaises, destiné à protéger la retraite des ennemis, arriva...
Page 264 - I29, 132. longtemps: ceux qui y étaient employés prenaient leurs repas dans la maison. C'étaient les officiers de justice les plus qualifiés, avec les moindres suppôts: il est bien à croire que les premiers se tinrent dans la décence qui leur convenait; mais les autres ne se crurent point obligés de se contrefaire: ils se voyaient bien régalés et ils étaient assurés que leur emploi était très-lucratif: ils ne dissimulèrent pas leurs sentiments. Le supérieur des Jésuites était obligé...
Page 162 - ... été moins sensible à son malheur. Je fis sentinelle à ses côtés une partie de la journée ; enfin je fis si bien que je vins à bout d'intéresser les Sauvages ( ses maîtres ) en sa faveur, de sorte qu'il ne fut plus besoin de ma présence pour le dérober à la persécution. Je ne sais s'il fut trop sensible à mes services ; du moins un coup d'œil sombre fut tout ce que j'en tirai ; mais indépendamment de la religion , j étois trop payé par le seul plaisir d'avoir secouru un malheureux.
Page 112 - Je ne savais à quoi devait aboutir une retraite si brusque et si inopinée. Je fus bientôt au fait. Je vis revenir un moment après ces furieux, armés de bâtons, qui se préparaient à faire à ces infortunés Anglais la plus cruelle des réceptions. Je ne pus retenir mon cœur à la vue de ces cruels préparatifs. Les larmes coulaient de mes yeux : ma douleur cependant ne fut point oisive. J'allai, sans délibérer, à la rencontre de ces bêtes farouches, dans l'espérance de les adoucir ;...
Page 276 - On n'eût pas manqué de les traiter comme des gens révoltés contre l'autorité publique : on les aurait saisis et peut-être mis aux fers comme des malfaiteurs; il y avait sur cela des ordres donnés. Enfin les Jésuites n'eurent soin que d'exécuter ce que leur supérieur de la Nouvelle-Orléans leur avait ordonné, ou plutôt de se rendre à la prière qu'il leur avait faite, au nom de Jésus-Christ, de se soumettre à tout, et de se rendre tous à la ville sans avoir égard à aucune raison...
Page 160 - A voir la joie avec laquelle ils transportaient à la tranchée les fascines et les gabions , vous les auriez pris pour des gens invulnérables au feu vif et continuel de l'ennemi. Une pareille conduite annonce bien de la bravoure et bien de l'amour pour la patrie ; aussi est-ce là le caractère de la Nation . Je parcourus tous les quartiers , sans rien trouver que quelques pelotons...

Bibliographic information