The Jesuit Relations and Allied Documents: Travels and Explorations of the Jesuit Missionaries in New France, 1610-1791 ; the Original French, Latin, and Italian Texts, with English Translations and Notes, Volume 61

Front Cover
Burrows Bros. Company, 1900 - Canada
Establishment of Jesuit missions: Abenaki ; Quebec ; Montreal ; Huron ; Iroquois ; Ottawa ; and Lousiana.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 264 - Histoire | des relations | des Hurons et des Abnaquis | du Canada | avec Notre-Dame de Chartres, | suivie de documents inédits | sur la Sainte Chemise, | par M. Luc. Merlet, | Ancien Élève de l'école des Chartes et de l'école d'Administration. | [Printer's ornament] \ Chartres. | Petrot-Garnier, Libraire, | Place des Halles, 16 et 17. | 1858.
Page 40 - ... grâce, et quelquefois, après avoir déjà servi la messe à un prêtre, il demeurait avec la robe et le surplis fort longtemps, afin de servir encore à un autre. Les messes achevées, il avait coutume de se retirer derrière l'autel, pour y réciter le chapelet devant l'image de la sainte Vierge. " Sa maladie commença par une fièvre lente, qui l'a emporté en six semaines, quelques remèdes qu'on ait pu lui donner. Vers le 20 de juillet, on l'apporta à l'hôpital de Québec, où les religieuses...
Page 36 - On lui doit donner la gloire d'avoir, cette année, plus contribué qu'aucun autre à enseigner la langue huronne à un de nos Pères , nouveau-venu de France '. Ce Père ayant toujours Ignace avec soi, lui communiquait ce qu'il voulait dire dans ses catéchismes et dans ses visites , et l'enfant le lui répétait plusieurs fois en bon huron. Ensuite , il l'avertissait en particulier des fautes contre la langue, qu'il lui avait entendu faire en public.
Page 258 - ... vrays enfants. Ensuite le Père s'estant revestu d'une belle chappe que Madame la Gouvernante de Caen nous a envoyée cette année, et estant accompagné de deux acolytes en robbes et surplis , il encensa le reliquaire et les reliques qui estoient au milieu de l'autel, et puis, pour remercier la B. Vierge de ce qu'accompagnée d'un bon nombre de ses serviteurs et servantes elle venoit de sa plus ancienne maison prendre possession de celle qu'on luy a nouvellement faicte icy ; il entonna l'hymne...
Page 246 - O que nous sommes heureux d'aprendre que vous qui ne péchez point, qui estes les grands amis du Seigneur de la terre et du ciel, qui avez abondamment tous vos besoins, vous qui estes considérables dans vos familles et dans les conseils où vous vous distinguez par votre grand esprit, vouliez bien songer à nous qui sommes des...
Page 267 - The Captain of the Tabittee Indians' informed them the French Jesuits had not brib'd the Indians, not to deal with the English, but to live in friendship with the Indian nations in league with the French. He blam'd the English for trading with such pitiful nations as the Cuscudidahs and Pishhapocanoes, advising them to settle at Moose Sebee, and the Upland Indians would come down and trade with them. The reason they got no more peltry now, was, because the Indians thought Gooselier was too hard for...
Page 263 - Voeux des HURONS ET DES ABNAQUIS à Notre-Dame de Chartres Publiés pour la première fois d'après les Manuscrits des Archives d'Eureet-Loir avec les lettres des missionnaires Catholiques au Canada, une Introduction et des Notes.
Page 258 - Aussitôt on chanta la grand' messe, qui fut dicte pour vous ; et tous ceux que la célébrité de la feste et la sainte curiosité avoient attirés à nostre chapelle furent invités d'offrir pour vous la communion qu'ils alloient faire. Tous nos néophytes firent de même : tous ceux qui ne purent pas ce jour-là vous rendre ce devoir, s'en sont acquittés depuis.
Page 252 - C'est ce qui nous exhorte à ne point déshonorer cette qualité ; en faisant mal au lieu de faire bien,. nous la déshonorerions. Nous n'avons rien à vous dire et encore moins à vous donner pour reconnaître la pitié que vous avez de nous. Voicy ce que nous pensons, c'est de prier le...
Page 27 - ... burial. The protecting coffin appealed to his feelings. He made one himself of bark or of split and hollowed logs, but, if one still better was made for him, greatly was he pleased. There is something pathetic in the great Garakontie"s request, related by Father de Lamberville at Onondaga, that he " would make him a coffin of 4 planks, which he immediately provided.

Bibliographic information