The Jesuit Relations and Allied Documents: Travels and Explorations of the Jesuit Missionaries in New France, 1610-1791; the Original French, Latin, and Italian Texts, with English Translations and Notes, Volume 70

Front Cover
Reuben Gold Thwaites
Burrows Bros. Company, 1900 - Canada
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 191 - ... in my reflections, when I saw an English officer pass who happened to be well acquainted with the French language. I addressed him therefore in a firm tone : " Sir, I have just ransomed this young infant from slavery, but it will not escape death, unless you direct some one of these women to take the place of its mother, and nurse it, until I shall be able to provide for it otherwise.
Page 148 - Le cadavre avait été paré de tous les ornemens., ou plutôt surchargé de tous les atours que la plus originale vanité puisse mettre en œuvre dans des conjonctures assez tristes par elles-mêmes : colliers de porcelaine, bracelets d'argent, pendans d'oreilles et de nez , habits magnifiques ; tout lui avait été prodigué ; on avait emprunté le secours du fard et du vermillon...
Page 92 - Je ne tardai pas à m'acquitter auprès d'eux des devoirs fle mon ministère. A peine eus-je fait dresser ma tente, que je me hâtai de les rejoindre. Je les conduisis au pied d'une grande croix, placée sur le bord de la rivière. Je leur fis à haute voix la prière du soir. Je la terminai par une courte exhortation, où je tâchai de leur retracer les obligations d'un guerrier que la religion conduit dans les combats.
Page 198 - Sauvage a bien osé pousser la témérité jusqu'à aller enlever des prisonniers presque aux portes d'Orange, sans qu'on l'ait inquiété, ni dans son expédition, ni dans sa retraite. Aussi les ennemis n'ont-ils formé aucune entreprise contre nous dans les jours qui ont suivi la prise du fort. Rien cependant de plus critique pour nous que la situation où se trouvait alors l'armée française. Les Sauvages, aux Abnakis et aux Nipistingues près, avaient disparu dès le jour même de leur malheureuse...
Page 276 - On n'eût pas manqué de les traiter comme des gens révoltés contre l'autorité publique : on les aurait saisis et peut-être mis aux fers comme des malfaiteurs; il y avait sur cela des ordres donnés. Enfin les Jésuites n'eurent soin que d'exécuter ce que leur supérieur de la Nouvelle-Orléans leur avait ordonné, ou plutôt de se rendre à la prière qu'il leur avait faite, au nom de Jésus-Christ, de se soumettre à tout, et de se rendre tous à la ville sans avoir égard à aucune raison...
Page 318 - Vitol Ste. Geme Beauvais. One of the six sons of Jean Baptiste Ste. Geme, called Beauvais, from his native place in France, who settled at Kaskaskia about 1750. He bought the property of the Jesuits there on its sale under the decree for the suppression of that order, and became the wealthiesi citizen of his time in Kaskaskia.
Page 108 - Canadiens les a si souvent multipliés, qu'on seroit étonné de ne les voir pas renouvelés plus d'une fois dans le cours d'une campagne ; la suite de cette lettre en fournira la preuve. Après avoir pris congé de M. de Montcalm , je me rendis au quartier des Abnakis. Je fis avertir l'orateur d'assembler incessamment ses compatriotes , et de les avertir que , devant aller dans quelques jours à l'attaque du fort anglais , j'attendois de leur religion , qu'ils se prépareraient à cette périlleuse...
Page 178 - ... canons , pour procéder au pillage qu'on étoit convenu de leur livrer ; mais ils ne s'en tinrent pas à piller : il étoit resté dans les casemates quelques malades , à qui leur état n'avoit pas permis de suivre leurs compatriotes dans l'honorable retraite accordée à leur valeur ; ce furent là les victimes sur lesquelles ils se jetèrent impitoyablement , et qu'ils immolèrent à leur cruauté* Je fus témoin de ce spectacle : je vis un de ces barbares sortir des casemates , où il ne...
Page 180 - Malheur à tous ceux qui fermèrent la marche, ou aux traîneurs que l'indisposition ou quelqu'autre raison séparoit tant soit peu de la troupe. Ce furent autant de morts dont les cadavres jonchèrent bientôt la terre , et couvrirent l'enceinte des retranchemens. Cette boucherie qui ne fut d'abord que l'ouvrage de quelques Sauvages, fut le signal qui fit de presque tous autant de bêtes féroces. Ils déchargeoient à droite et à gauche de grands coups de hache à ceux qui leur tomboient sous...
Page 180 - Lévis courait partout où le tumulte paraissait le plus échauffé, pour tâcher d'y remédier, avec un courage animé par la clémence si naturelle à son illustre sang. Il affronta mille fois la mort à laquelle, malgré sa naissance et ses vertus, il n'aurait pas échappé, si une providence particulière n'eût veillé à la sûreté de ses jours, et n'eût arrêté les bras sauvages déjà levés pour le frapper. Les officiers français et...

Bibliographic information