The Jesuit Relations and Allied Documents: Travels and Explorations of the Jesuit Missionaries in New France, 1610-1791: The Original French, Latin, and Italian Texts, with English Translations and Notes, Volume 67

Front Cover
Reuben Gold Thwaites
Burrows Brothers Company, 1900 - Canada
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 174 - ... le corps avec leurs couteaux ; d'autres leur coupent un morceau de chair déjà rôtie, et la mangent en sa présence ; on en voit qui remplissent ses plaies de poudre, et lui en frottent tout le corps, après quoi ils y mettent le feu. Enfin, chacun le tourmente...
Page 206 - Oublions toutes ces méchantes affaires, et jetons-les dans la « mer, afin qu'elles ne paraissent plus, et que nous soyons bons amis. » « Cela est bien, répondit l'orateur au nom des Sauvages, que les « rois soient en paix, j'en suis bien aise, et je (n'ai pas de peine non « plus à la faire avec toi. Ce n'est point moi qui te frappe depuis « douze ans, c'est le Français qui s'est servi de mon bras pour te « frapper. Nous étions en paix, il est vrai, j'avais même jeté ma « hache je ne...
Page 234 - Sauvages qui l'environnaient, et qui exposaient leur vie pour conserver celle de leur Père, furent tués à ses côtés. La mort du Pasteur consterna le troupeau : les Sauvages prirent la fuite, et passèrent la rivière partie à gué et partie à la nage. Ils eurent à essuyer toute la fureur des -ennemis, jusqu'au moment qu'ils se retirèrent dans les bois qui sont de l'autre côté de la rivière.
Page 156 - Grand-Lièvre qui brûle les cadavres ; les deux autres familles les enterrent. Quand quelque capitaine est décédé , on prépare un vaste cercueil , où , après avoir couché le corps revêtu de ses plus beaux habits , on y renferme avec lui sa couverture , son fusil , sa provision de poudre et de plomb , son arc , ses flèches , sa chaudière , son plat , des vivres , son casse-tête , son calumet , sa boîte de vermillon , son miroir , des colliers de porcelaine , et tous les présens qui se...
Page 284 - A 30 lieues d'ici on commence seulement à trouver les bœufs; ils sont par troupeaux dans les prairies ou sur les rivières; un Canadien descendit l'année passée à la nouvelle Orléans quatre cent quatre-vingts langues des bœufs qu'il avait tués pendant son hivernement avec son associé seulement.
Page 222 - Sauvages qui me servaient de guides ; mais après quelques jours de marcbe , nous nous trouvâmes a la fin de nos petites provisions. Mes conducteurs tuèrent un chien qui les suivait , et le mangèrent ; ils en vinrent ensuite à des sacs de loups marins, qu'ils mangèrent pareillement. C'est à quoi il ne m'était pas possible de tâter. Tantôt je vivais...
Page 192 - Sauvages étaient allés pour quelques jours chercher de quoi vivre jusqu'à la récolte du blé d'Inde : leur absence me donna le loisir de visiter les Amalingans, et dès le lendemain je m'embarquai dans un canot pour me rendre à leur village. Je n'avais plus qu'une lieue à faire pour arriver, lorsqu'ils m'aperçurent ; et aussitôt ils me saluèrent par des décharges continuelles de fusil, qui ne cessèrent qu'à la descente du canot.
Page 136 - C'est avec cette rassade que nos Sauvages nouent et tressent leurs cheveux sur les oreilles et par derrière; ils s'en font des pendans d'oreilles, des colliers, des jarretières, des ceintures larges de cinq à six pouces ; et avec cette sorte d'ornement, ils s'estiment beaucoup plus que ne fait un Européen avec tout son or et ses pierreries. L'occupation des hommes est la chasse ou la guerre. Celle des femmes est de rester au village , et d'y faire avec de l'écorce , des paniers, des sacs, des...
Page 96 - Ces commencements de mésintelligence ne laissent pas de m'alarmer et de me faire craindre la dispersion du troupeau que la Providence a confié à mes soins depuis tant d'années, et pour lequel je sacrifierais volontiers ce qui me reste de vie. Voici les divers artifices auxquels on a recours pour les détacher de notre alliance. Le Gouverneur général de la...
Page 146 - Chaumont , qui a demeuré cinquante ans parmi les Hurons , en a composé une grammaire qui est fort utile à ceux qui arrivent nouvellement dans cette mission : néanmoins un missionnaire est heureux , lorsqu'avec ce secours, après dix ans d'un travail constant, il s'exprime élégamment dans cette langue.

Bibliographic information