The Jesuit Relations and Allied Documents: Travels and Explorations of the Jesuit Missionaries in New France, 1610-1791; the Original French, Latin, and Italian Texts, with English Translations and Notes, Volume 67

Front Cover
Reuben Gold Thwaites
Burrows Bros. Company, 1900 - Canada
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 174 - ... le corps avec leurs couteaux ; d'autres leur coupent un morceau de chair déjà rôtie, et la mangent en sa présence ; on en voit qui remplissent ses plaies de poudre, et lui en frottent tout le corps, après quoi ils y mettent le feu. Enfin, chacun le tourmente...
Page 206 - Oublions toutes ces méchantes affaires, et jetons-les dans la « mer, afin qu'elles ne paraissent plus, et que nous soyons bons amis. » « Cela est bien, répondit l'orateur au nom des Sauvages, que les « rois soient en paix, j'en suis bien aise, et je (n'ai pas de peine non « plus à la faire avec toi. Ce n'est point moi qui te frappe depuis « douze ans, c'est le Français qui s'est servi de mon bras pour te « frapper. Nous étions en paix, il est vrai, j'avais même jeté ma « hache je ne...
Page 156 - Grand-Lièvre qui brûle les cadavres ; les deux autres familles les enterrent. Quand quelque capitaine est décédé , on prépare un vaste cercueil , où , après avoir couché le corps revêtu de ses plus beaux habits , on y renferme avec lui sa couverture , son fusil , sa provision de poudre et de plomb , son arc , ses flèches , sa chaudière , son plat , des vivres , son casse-tête , son calumet , sa boîte de vermillon , son miroir , des colliers de porcelaine , et tous les présens qui se...
Page 192 - Sauvages étaient allés pour quelques jours chercher de quoi vivre jusqu'à la récolte du blé d'Inde : leur absence me donna le loisir de visiter les Amalingans, et dès le lendemain je m'embarquai dans un canot pour me rendre à leur village. Je n'avais plus qu'une lieue à faire pour arriver, lorsqu'ils m'aperçurent ; et aussitôt ils me saluèrent par des décharges continuelles de fusil, qui ne cessèrent qu'à la descente du canot.
Page 136 - C'est avec cette rassade que nos Sauvages nouent et tressent leurs cheveux sur les oreilles et par derrière; ils s'en font des pendans d'oreilles, des colliers, des jarretières, des ceintures larges de cinq à six pouces ; et avec cette sorte d'ornement, ils s'estiment beaucoup plus que ne fait un Européen avec tout son or et ses pierreries. L'occupation des hommes est la chasse ou la guerre. Celle des femmes est de rester au village , et d'y faire avec de l'écorce , des paniers, des sacs, des...
Page 320 - Indes qui était celle des Commandans lorsqu'il y en avait ici , et je sentis bien de la joie d'être au bout des deux cens lieues que j'avais à faire ; j'aimerais mieux faire deux fois le voyage que nous avions fait sur mer dans la même saison , que de recommencer celui-ci.
Page 96 - Ces commencements de mésintelligence ne laissent pas de m'alarmer et de me faire craindre la dispersion du troupeau que la Providence a confié à mes soins depuis tant d'années, et pour lequel je sacrifierais volontiers ce qui me reste de vie. Voici les divers artifices auxquels on a recours pour les détacher de notre alliance. Le Gouverneur général de la...
Page 293 - There are here the frappe-d'abord, and the brûlots; these are very small flies whose sting is so sharp — or, rather, so burning — that it seems as if a little spark had fallen on the part that they have stung.
Page 246 - Evangéliques qui nous ont précédés ; qu'il les rende fécondes aux fervens Chrétiens, et qu'il anime le zèle des hommes Apostoliques à venir recueillir l'abondante moisson que leur présentent tant de peuples encore ensevelis dans les ombres de la mort ! Cependant, comme il n'appartient qu'à l'Eglise de déclarer les saints , je le recommande à vos saints Sacrifices et à ceux de tous nos Pères. J'espère que vous n'y oublierez point celui qui est avec beaucoup de respect , etc.
Page 98 - Minister, in de séduction; j'écrivis une lettre honnête au Ministre, où je lui marquais que mes Chrétiens savaient croire les vérités que la Foi catholique enseigne, mais qu'ils ne savaient pas en disputer; que n'étant pas assez habiles pour résoudre les difficultés qu'il proposait, il avait apparemment dessein qu'elles me fussent communiquées; que je saisissais avec plaisir cette occasion qu'il m'offrait d'en conférer avec lui, ou de vive voix, ou par lettres...

Bibliographic information