Trafado de legislacion, ó exposicion de las leyes generales segun las cuales los pueblos prosperan, decaen ó quedian estancados, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 217 - II avait pris l'envoyé de ce prince dans une singulière faveur. Il voulait que cet envoyé, avant le départ pour la guerre, eût toutes les jeunes femmes de la cour. Il l'enfermait avec elles, se mettait, l'épée nue, en faction à la porte ; et, dans un pareil moment, le grand chancelier de l'empire étant arrivé pour un travail, il lui dit: «Allez rendre compte au prince Georges, vous voyez bien que je suis soldat.
Page 417 - Accoutumés dès l'enfance aux intempéries de l'air et à la rigueur des saisons, exercés à la fatigue et forcés de défendre nus et sans armes leur vie et leur proie contre les autres bêtes féroces, ou de leur échapper à la course, les hommes se forment un tempérament robuste et presque inaltérable : les...
Page 323 - Moscou , et ces pays nourrissent maintenant des oliviers et produisent d'excellens vins ; enfin , notre Gaule, du temps de César et de Julien, voyait, chaque hiver, tous ses fleuves glacés de manière à servir de ponts et de chemins pendant plusieurs mois, et ces cas sont devenus rares et de courte durée.
Page 80 - ... idiomes de l'empire, pour être admis en présence du monarque et faire cesser les torts prétendus dont ils se plaignent. Dans un pays aussi mal gouverné et exposé constamment à tous les malheurs de la guerre , on peut bien imaginer qu'il ne manque pas de gens qui ont de justes raisons de se plaindre ; mais si , par hasard , il ne s'en trouve pas assez, comme, par exemple, dans le fort de la saison des pluies , où l'on a peine à approcher de la capitale et à se tenir dehors , il ya une...
Page 122 - C'est sur ces principes que fut formé même leur premier état social. Dans les plaines de la Tartane, les hordes, divisées d'intérêt, n'étaient que des troupes de brigands armés pour attaquer ou pour se défendre, pour piller, à titre de butin, tous les objets de leur avidité. Déjà tous les...
Page 306 - On voit les juments suivies de leurs poulains nager une partie de la journée pour se nourrir d'herbes dont les pointes seules se balancent au-dessus des •eaux. Dans cet état ils sont poursuivis par les crocodiles, et il n'est pas rare d'en trouver qui portent à leurs cuisses l'empreinte des dents de ces reptiles carnassiers.
Page 122 - Turcs conquérans : fier, après la victoire, d'être un des membres du peuple vainqueur, le dernier des Ottomans regardait le premier des vaincus avec l'orgueil d'un maître ; cet esprit croissant de grade en grade, que l'on juge de la distance qu'a dû voir le chef suprême de lui à la foule des esclaves.
Page 419 - Les philosophes se récrieraient en vain contre ce tableau. Ils font leurs livres au coin de leur feu , et je voyage depuis trente ans ; je suis témoin des injustices et de la fourberie de ces peuples qu'on nous peint si bons , parce qu'ils sont très près de la nature : mais cette nature n'est sublime que dans ses masses ; elle néglige tous les détails.
Page 387 - ... d'eux. Ils ont le nez gros, les lèvres grosses et la bouche grande. Ils s'arrachent apparemment les deux dents du devant de la mâchoire supérieure ; car elles manquent à tous, tant aux hommes qu'aux femmes, aux jeunes et aux vieux. Ils n'ont point de barbe...
Page 163 - Si la vengeance a des autels, dit Sonnini, c'est sans doute en Egypte ; elle y est la déesse, ou , pour mieux dire , le tyran des cœurs : et elle y est implacable. Non-seulement la plupart des hommes dont le mélange forme la masse des habitans , ne pardonnent jamais , mais quelque éclatante que soit la réparation qu'on leur donne, ils ne se jugent satisfaits que quand ils ont eux-mêmes trempé leurs mains dans le sang de celui qu'ils ont déclaré leur ennemi.

Bibliographic information