Tragœdie nouvelle, dicte Le petit razoir des ornemens mondains: en laquelle toutes les misères de nostre temps sont attribuées tant aux heresies qu'aux ornemens superflus du corps

Front Cover
Imp. de A. Mertens et fils, 1589 - 114 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - Deus meus, qui docet manus meas ad praelium : et digitos meos ad bellum. Misericordia mea, et refugium meum : susceptor meus, et liberator meus. Protector meus, et in ipso speravi : qui subdit populum meum sub me. Domine, quid est homo, quia innotuisti ei ? aut filins hominis, quia reputas eum?
Page 25 - Ramnes : omne tulit punctum qui miscuit utile dulci, lectorem delectando pariterque monendo ; hic meret aéra liber Sosiis ; hic et mare transit 345 et longum noto scriptori prorogat aevum.
Page 86 - L'auteur se pique pourtant d'avoir varié ses tons suivant les personnages divins ou humains, religieux ou profanes, qu'il introduit, et, à ce propos, il cite assez plaisamment...
Page 23 - ... goulfre, ou (je ne sçay de quels blasons et cartiers je doy le...
Page 8 - Beneit soit le Seigneur mon Dieu, qui dresse mes mains à la bataille, et mes doigts à la guerre.
Page 76 - Le Seigneur t'a couvert le devant de la teste De cheveulx aplanis, lu t'en fais une creste!
Page 98 - Hé ! qu'est-ce que l'on crie? Ayant regardé par la fenestre, il dira : Ah, Dieu ! sont huguenois ! Ma femme, leve-toy viste ! LES SOLDATS.
Page 25 - ... de Dieu, qui, au vray dire, me peut sembler avoir prins la cause principale de son embrazement, de ces vanitez d'aceoustremens et ornemens de nos corps, avant-courriers de paillardise...

Bibliographic information