Turner et le Lorrain

Front Cover
Ville de Nancy, 2002 - Art and mythology - 199 pages
De tous les maîtres anciens, Claude Gellée, dit le Lorrain (vers 1600/1605-1982), est celui que Turner a le plus admiré. Il ne s'agit pas d'un intérêt passager mais d'une influence profonde qui marquera le peintre anglais tout au long de sa carrière artistique et qui est au cœur même de son œuvre. Turner n'est pas le seul alors à apprécier le Lorrain. A l'époque, en effet, les peintres du XVIIe siècle qui avaient vécu à Rome jouissaient d'une immense réputation auprès des collectionneurs et des critiques britanniques. Mais aucun artiste de la génération de Turner n'a cherché avec autant de constance à se mesurer à son aîné. La première rencontre de Turner et du Lorrain se fait probablement par le truchement des gravures plutôt que des tableaux eux-mêmes, et notamment par les estampes réalisées à partir du Liber veriatis. Dans la mesure où il n'existe pas à l'époque de musée des beaux-arts (la National Gallery, à Londres, n'est pas encore créée), Turner découvre probablement ses premiers tableaux du Lorrain dans les collections des mécènes aristocratiques pour lesquels il travaille, ou clans les salles de vente londoniennes. Une des premières toiles qu'il voit est le Paysage avec Jacob et Laban et ses filles, à Petworth, qui ne cessera d'exercer une grande influence sur son imagination. Soucieux de consolider ses premiers succès, Turner réalise une série d'estampes connues collectivement sous le nom de Liber studiorum, où il encourage explicitement son public à établir une comparaison entre le Lorrain et lui-même. Dans ses gravures, et dans ses tableaux des dix années qui suivent, il ne cessera de montrer à quel point il maîtrise les principes du paysage pastoral claudien. Souvent aussi, il reprend les sujets antiques et mythologiques favoris de son aîné, qu'il enrichit d'allusions multiples à des événements contemporains. Mais, par sa fréquentation de l'œuvre du Lorrain, le peintre anglais a surtout appris à recréer de façon inégalée les subtilités de la lumière italienne. Turner, on peut même l'affirmer, n'aurait jamais réalisé ces aquarelles évanescentes de sa maturité - dans lesquelles les formes et l'espace sont nimbés d'une extraordinaire lumière - sans la connaissance intime qu'il avait des effets de la perspective aérienne dont l'artiste français était passé maître.

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Préface par André Rossinot
7
Avantpropos par Sir Nicholas Serota
8
1o Lorsque Turner regarde le Lorrain par Blandine Chavanne 12 Biographies
12
Copyright

9 other sections not shown

Common terms and phrases

Bibliographic information