Un procès sans appel

Front Cover
Grasset, Apr 1, 1992 - Literary Criticism - 294 pages
0 Reviews
C'est en 1842, dans la ville de Shiraz, qu'est née la religion bahaïe. Un jeune homme, Seyed Ali Mohamad, prêche et célèbre Mahomet tout autant que Bouddha, Krishna ou le Christ, tous, selon lui, messagers du même Dieu. Cette religion se propage vite, peut-être parce qu'elle prône l'égalité des sexes et le droit à l'enseignement pour chacun. Mais bientôt, la religion bahaïe est rejetée par le régime en place en Iran - massacres, tueries, exils, sont le lot de ceux que l'on considère comme des renégats de l'islam et des agents de l'étranger. Les shahs et les ayatollahs ont donc toujours condamné le bahaïsme. Aujourd'hui les tenants de cette religion sont plus de dix millions et leur grand temple est à Haïfa. Ce document raconte le parcours tragique d'un bahaï qui exerça de hautes fonctions religieuses et diplomatiques à l'époque du dernier Shah. On voit comment, peu à peu, il se trouve piégé dans un procès terrifiant dont il sera la victime. L'auteur a bien connu cet homme et il nous fait revivre dans ce texte la parodie de justice qui aura mené peu à peu celui qui fut un de ses proches vers une effroyable descente aux enfers. {Par l'auteur de} Je n'ai plus de larmes pour pleurer {(Grasset, 1985)}, La Femme lapidée {(Grasset, 1990)}.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (1992)

Freidoune Sahebjam est journaliste. Condamné à mort par le régime de Téhéran en 1979, il vécut en France où il a collaboré à plusieurs magazines européens. Décédé en 2008, il est l’auteur, chez Grasset, de La femme lapidée, Je n’ai plus de larmes pour pleurer, Le vieux de la montagne et Morte parmi les vivants..

Bibliographic information