Les vies des anciens philosophes, avec un recueil de leurs plus belles maximes: ...ouvrage posthume

Front Cover
De l'imprimerie de Cussac, 1811 - Philosophers, Ancient - 388 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 324 - ... en ce monde : que les dieux étant d'une matière si subtile, qu'ils ne peuvent tomber sous aucun de nos sens, qu'à peine même pouvons-nous les apercevoir des yeux de l'esprit, il faut de nécessité que ces lieux-là soient proportionnés à la subtilité de la nature de ces êtres qui les habitent. Tous les philosophes conviennent que, selon le cours ordinaire de la nature, rien ne se fait de rien, et qu'aucune chose ne se réduit à rien : l'expérience nous apprend que les corps se font...
Page 240 - Par exemple, on ne peut pas faire plaisir à ses amis; et toutefois une des plus grandes satisfactions que l'on puisse avoir dans la vie, c'est de faire du bien aux gens qu'on aime; et ainsi il dit que la félicité dépend de trois choses : des biens de l'esprit , comme la sagesse et la prudence ; des biens du corps , comme la beauté , la force , la sauté ; et des biens de la fortune , comme les richesses et la noblesse.
Page 237 - Aristote prétend que tout ce qui est couvert aujourd'hui des eaux de la mer, a été autrefois terre ferme ; et que tout ce qu'il ya aujourd'hui de terre ferme, sera ensuite couvert de ces mêmes eaux.
Page 109 - ... vers le midi dans une caverne pour se reposer quelque temps en attendant que la chaleur fût passée; il y demeura endormi pendant cinquante-sept ans. Quand il fut éveillé, comme il croyoit n'avoir pas fait un long sommeil, il regarda tout autour de lui pour chercher sa brebis ; il ne l'aperçut point : il sortit de sa caverne, et fut fort surpris de voir la face de la terre changée entièrement.
Page 188 - Etant revenu à Athènes après toutes ces courses, il établit sa demeure dans un canton appelé l'Académie, lieu malsain, et qu'il choisit exprès, comme un correctif nécessaire à son trop d'embonpoint et de santé. Le remède opéra en effet; car il y eut d'abord une fièvre quarte qui lui dura un an et demi; mais il fit si bien, par sa sobriété et son régime, qu'il surmonta cette fièvre, et que sa santé en fut ensuite plus forte et plus inaltérable.
Page 29 - Qu'il ne falloit point faire ce qu'on reprenoit dans les autres ; Que le véritable bonheur consistait à jouir d'une santé parfaite, à avoir un bien raisonnable, et à ne pas passer sa vie dans la mollesse et dans l'ignorance. Il croyoit qu'il n'y avoit rien de si difficile que de se connôitre soi-même ; c'est ce qui lui fit inventer cette belle maxime, qui fut depuis gravée sur une lame d'or, et consacrée dans le temple d'Apollon :
Page 321 - ... se défaire de toutes ces frayeurs qui ne servent qu'à troubler le repos et la douceur de la vie. / Il fait consister la liberté dans une entière indifférence, il rejette le destin ; il tient que l'art de deviner est une chose frivole, et qu'il est impossible à aucun être, de connoître jamais les choses futures, lorsqu'elles dépendent du caprice des hommes, et qu'elles n'ont point de causes nécessaires.
Page 351 - D'ailleurs, ajoutoient-ils , les choses dont nous pouvons nous servir en bien et en mal , ne sont ni un bien ni un mal ; or nous pouvons nous servir et en bien et en mal , de la vie, de la santé et des richesses ; donc la vie, la santé, ni les richesses ne sont ni un bien ni un mal. Enfin ils...
Page 138 - Lucrèce , que personne n'entendoit ce qu'il vouloit dire. Darius, roi de Perse en ayant entendu parler, écrivit à l'auteur, pour l'engager à venir demeurer en Perse, et le lui expliquer, lui offrant une récompense considérable , et un logement dans Son palais : mais Héraclite le refusa.
Page 82 - ... louer un homme à cause de ses richesses , s'il ne le mérite d'ailleurs. Vivez toujours comme si vous alliez mourir à tout moment, et comme si vous deviez rester longtemps sur la terre. Avoir une santé vigoureuse est un don de la nature ; les richesses , ordinairement , sont un effet du hasard ; mais il n'ya que la sagesse qui puisse rendre un homme capable de donner de bons conseils à sa patrie. C'est une maladie d'esprit que de souhaiter des choses impossibles. On lui demanda un jour quelle...

Bibliographic information