Virgil and Ronsard

Front Cover
E. Champion, 1923 - Comparative literature - 143 pages
 

Selected pages

Other editions - View all

Popular passages

Page 118 - Tum, pietate gravem ac meritis si forte virum quem Conspexere, silent, arrectisque auribus adstant ; Ille regit dictis animos, et pectora mulcet...
Page 110 - Saltem si qua mihi de te suscepta fuisset 'Ante fugam suboles, si quis mihi parvulus aula 'Luderet Aeneas, qui te tamen ore referret, 'Non equidem omnino capta ac deserta viderer.
Page 32 - Magnus alit magno commixtus corpore fetus. Avia tum resonant avibus virgulta canoris, Et Venerem certis repetunt armenta diebus...
Page 87 - Saepibus in nostris parvam te roscida mala (dux ego vester eram) vidi cum matre legentem. alter ab undecimo tum me iam acceperat annus; iam fragilis poteram ab terra contingere ramos. 40 ut vidi ut perii, ut me malus abstulit error.
Page xii - L'autre, sans choix, sans exactitude, d'une plume libre et inégale, tantôt charge ses descriptions, s'appesantit sur les détails : il fait une anatomie; tantôt il feint, il exagère, il passe le vrai dans la nature : il en fait le roman. 40 (v) RONSARD et BALZAC ont eu, chacun dans leur genre, assez de bon et de mauvais pour former après eux de très grands hommes en vers et en prose.
Page 84 - Apollo. 35 grandia saepe quibus mandavimus hordea sulcis, infelix lolium et steriles nascuntur avenae; pro molli viola, pro purpureo narcisso carduus et spinis surgit paliurus acutis.
Page 61 - Ultima Cumaei venit iam carminis aetas magnus ab integro saeclorum nascitur ordo. 5 iam redit et Virgo, redeunt Saturnia regna, iam nova progenies caelo demittitur alto, tu modo nascenti puero, quo ferrea primum desinet ac toto surget gens aurea mundo, casta fave, Lucina: tuus iam regnat Apollo.
Page 70 - D'un Prince ou d'un grand Roy la faveur incertaine : Quant à moy, j'aime mieux ne manger que du pain, Et boire d'un ruisseau puisé dedans la main, Sauter ou m'endormir sur la belle verdure, Ou composer des vers près d'une eau qui murmure, Voir les Muses baller dans un antre de nuit...
Page xii - Ronsard et les auteurs ses contemporains ont plus nui au style qu'ils ne lui ont servi. Ils l'ont retardé dans le chemin de la perfection ; ils l'ont exposé à la manquer pour toujours , et à n'y plus revenir. Il est étonnant que les ouvrages de Marot, si naturels et si faciles, n'aient su faire de Ronsard, d'ailleurs plein de verve et d'enthousiasme , un plus grand poète que Ronsard et que Marot...
Page 58 - L'humide sein de Junon ensemence; Or' que la mer, or' que la véhémence Des vents fait place aux grans vaisseaux armez, Et que l'oiseau parmi les bois ramez, Du Thracien les tançons recommence; Or...

Bibliographic information