Voyage au Cambodge: l'architecture khmer

Front Cover
éditeur non identifié, 1880 - Architecture - 462 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 40 - Dès l'abord •nous sommes émerveillés de la splendide sauvagerie des aspects. La végétation est d'une puissance extraordinaire ; les arbres sont surchargés d'orchidées, de plantes grimpantes retombant en festons jusque dans le courant qui les entraîne ; une multitude de lianes étrangement contournées s'élancent en vibrant d'un fût à l'autre ; de place en place un banian colossal domine fièrement l'immense massif; ailleurs un grand tronc mort élève tristement ses bras décharnés...
Page 12 - ... captivé notre admiration; ce ne sont plus ces colonnades majestueuses, ces grandes surfaces calmes de la Grèce ou de l'Egypte; ce sont au contraire des formes laborieuses, complexes, tourmentées : superpositions, retraits multiples, labyrinthes, galeries basses à jour, tours dentelées, pyramides à étages et à flèches innombrables; une profusion extrême d'ornements et de sculptures, des effets...
Page 342 - D'autres sourient gaiement comme si elles étaient livrées à une causerie agréable. On croirait les voir faire un aveu doux et voilé, puis baisser la tête, partagées entre l'amour et la pudeur. Couvertes de bracelets, de colliers, d'anneaux, elles s'inclinent, se tournent, se renversent, souriantes, flexibles et ondoyantes.
Page 157 - ... sur nos têtes. Les pluies diluviennes, les tempêtes accélèrent encore le travail dévastateur de la végétation. « Une nuit, pendant un ouragan terrible qui emportait pièce à pièce la case où nous étions campés, nous entendîmes un grand fracas. Le lendemain à la place d'une tour que nous avions admirée la veille, nous ne trouvâmes plus qu'un monceau de décombres.
Page 31 - Le trafic t-norme qui se fait dans cette ville, principalement à l'époque de la pêche sur les lacs, est presque entièrement concentré entre les mains de commerçants originaires des provinces méridionales du Céleste-Empire.
Page 31 - Une notable partie des cases en bambous, qui formaient la rue principale, ont été remplacées par des maisons en briques, construites des deniers de Norodom et louées par lui à ses sujets. Le trafic...
Page 154 - Les masques humains, déformés, semblent grimacer; quelques-uns pourtant ont conservé leur expression primitive, souriante et placide; ce n'est que l'exception, et le jour n'est pas loin où ce temple splendide ne sera plus qu'un informe amas de ruines. La flore capricieuse qui y pénètre de toutes parts a produit en certains endroits des effets singuliers; dans une galerie, des racines de banians, après avoir renversé les piliers, ont pris leur place et ce sont elles qui étançonnent aujourd'hui...
Page 150 - ... leurs adversaires. Après un instant d'hésitation, les buffles, faisant rejaillir d'immenses gerbes liquides, se ruèrent contre nous. Toutes les armes partirent à la fois : trois buffles étaient atteints. Tandis que les autres, effrayés, détalaient au galop, les blessés se jetèrent sur les éléphants, et la mêlée s'engagea. Nos gros pachydermes, quoique ayant l'avantage du nombre, n'osaient trop prendre l'offensive et se contentaient de parer le choc avec leurs défenses et leurs trompes.
Page 343 - Dans la fleur de la jeunesse, on ne peut les regarder sans amour. L'œil ne se fatigue pas, l'âme est réjouie, le cœur n'est jamais rassasié. Lorsqu'on les a contemplées, l'esprit plein d'elles ne peut se résoudre à les quitter. Ce ne sont plus des statues sculptées par la main des hommes ; ce .sont des femmes vivantes, belles et agréables. Le doute saisit et l'émotion paralyse...
Page 388 - Nirvana qu'était consacré l'édifice. Le sanctuaire s'y trouvait au milieu des eaux sur un îlot, comme pour symboliser l'infini et l'inaccessible. Le fidèle qui voulait y pénétrer devait sans doute traverser successivement tous les sras pour se purifier de toutes ses souillures, et ce pèlerinage représentait les existences nombreuses à travers lesquelles tout homme doit passer pour s'épurer peu à peu et arriver enfin à la perfection suprême et au céleste sommeil du Nirvana, dont l'image...

Bibliographic information